/news/currentevents
Navigation

[PHOTOS] Incendie suspect chez Soupe et Cie: un autre malheur au pire moment

Coup d'oeil sur cet article

Déjà accablés par la pandémie, les propriétaires du restaurant Soupe et cie, dans le quartier Limoilou, à Québec, ont subi un autre coup dur, jeudi, alors que leur établissement a été la proie d’un incendie suspect.

• À lire aussi: Dernier repas au resto avant la pause pour plusieurs clients

L’incendie s’est déclaré à 4h11, en fin de nuit jeudi, le jour même où le restaurant de la 3e Avenue fermait à regret sa salle à manger, en raison de la situation sanitaire.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le feu s’est attaqué principalement au plafond séparant le premier étage, où se trouve le restaurant, et le deuxième étage, qui est vacant.

Photo Dominique Lelièvre

Le commissariat aux incendies a décidé de confier l’enquête au service de police, ayant «constaté des éléments qui rendent possible la cause de l’incendie criminel», a indiqué Alexandre Lajoie, porte-parole des pompiers.

Photo Dominique Lelièvre

Cependant, ces indices ne permettent pas de démontrer «hors de tout doute que c’est criminel», et il s’agit d’une hypothèse parmi d’autres, à ce stade-ci, a précisé M. Lajoie.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Dommages importants

Au moment d’écrire ces lignes, la police n’avait fait aucune arrestation dans ce dossier.

Le Service de protection contre l’incendie de Québec a évoqué des dommages «importants», causés entre autres par de multiples ouvertures dans le plafond.

Au passage du Journal en début de journée, les propriétaires Natacha Thériault et François Bouchard n’avaient pu encore constater les dégâts à l’intérieur et tentaient d’encaisser le coup.

Devant la terrasse couverte d’éclats de verre de son restaurant, Mme Thériault a avoué se sentir «démolie». Il faut dire que l’entreprise composait déjà avec un chiffre d’affaires en recul d’au moins 50% en raison de la pandémie.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Or, dans les dernières semaines, la clientèle était au rendez-vous et l’équipe était «motivée» à l’idée de basculer dans une offre consacrée aux mets pour emporter.

Trois alarmes

«On fait juste perdre de l’argent depuis des mois et des mois», se désole la restauratrice, en assurant toutefois que ce n’est pas la fin pour Soupe et Cie: «On est fait fort.»

Photo Agence QMI, Guy Martel

Un regard à travers les fenêtres de la salle à manger permet de constater que celle-ci n’est pas une perte totale. Des œuvres d’art semblent aussi avoir été épargnées.

Photo Dominique Lelièvre

Le brasier, qui a nécessité une troisième alarme, a été maîtrisé en un peu plus d’une heure avec la contribution d’une cinquantaine de pompiers. Il n’y a eu aucun blessé ni aucune propagation aux immeubles voisins.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Soulignons que les soupes surgelées du restaurant, vendues dans une douzaine d’épiceries, sont toujours offertes, elles qui sont produites dans une autre cuisine et non sur place.

En affaires depuis 12 ans, Soupe et Cie a connu un premier incendie de moindre importance il y a une dizaine d’années.

«Je pense que ce qui va nous aider le plus, c'est vraiment nos soupes congelées, si la population est là pour nous supporter», espère Natacha Thériault.