/opinion/blogs/columnists
Navigation

Selon les sondages, Joe Biden a gagné le premier débat contre Donald Trump

Selon les sondages, Joe Biden a gagné le premier débat contre Donald Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Selon les sondages, Joe Biden sort gagnant du premier débat. Ce désolant spectacle devrait toutefois avoir peu d’impact sur le résultat de l’élection.

Les chroniqueurs qui couvrent la campagne électorale américaine pour Le Journal se sont prononcés hier et le verdict penchait majoritairement (quatre sur cinq) en faveur de Joe Biden. Pour ma part, même si j’avais des attentes très basses en ce qui concerne la capacité de Donald Trump de formuler des idées cohérentes et de se conformer aux règles de conduite du débat, j’ai été étonné de voir la profondeur du mépris dont il a fait preuve pour les règles élémentaires de la civilité (voir ma chronique de ce matin). Mais ça n’a aucune importance. Ce que j’en pense ne compte pas pour grand-chose.

La plupart des commentateurs et des éditorialistes des grands médias écrits ou électroniques, à l’exception de ceux de Fox News et d’autres apologistes de Trump, ont condamné le comportement du président dans ce débat, mais ça non plus, ça n’aura pas beaucoup d’importance. Ce qui compte, c’est ce que les électeurs en ont pensé et si ce débat et les autres qui suivront auront un impact significatif sur les intentions de vote d’ici au 3 novembre. 

Selon les sondages, avantage Biden

Pour répondre à la première question, il y a déjà quelques sondages qui ont été menés auprès des téléspectateurs du débat. Selon le sondage mené pour le compte du réseau CNN auprès de 568 répondants, 60% de ceux qui ont vu le débat accordent la victoire à Joe Biden, 28% ont préféré la prestation de Donald Trump, 5% déclarent le match nul et 6% estiment qu’aucun n’a bien fait (1% sont indécis). 

Selon le sondage du réseau CBS (1039 répondants),48% déclarent Biden gagnant du débat, contre 41 pour Trump (10% ont vu un match nul). Une observation intéressante vient d’une autre question où on demande si le débat a contribué à changer l’opinion qu’ont les répondants sur chaque protagoniste. Pour Joe Biden, 38% ont indiqué que le débat a amélioré leur perception du personnage, 32% le perçoivent plus négativement et 30% ne voient aucun changement. Pour Trump, ces chiffres sont respectivement de 24% (amélioration), 42% (détérioration) et 32% (pas de changement). Une autre indication que le public n’a pas apprécié le ton donné par le comportement agressif du président: le sentiment le plus largement exprimé par les auditeurs après le débat était l’irritation (69%).

Un sondage Ipsos pour lequel 1827 personnes ont été interrogées avant et après le débat indique que celui-ci a eu des effets immédiats minimes sur les intentions de vote des répondants. Le sondage ne demande pas qui a gagné, mais 60% évaluent favorablement la performance de Joe Biden contre seulement 33% pour Donald Trump. Le sondage révèle des mouvements minimes des opinions favorables ou défavorables sur les candidats. Avant le débat, Biden était perçu favorablement par 49% et défavorablement par 45%; après le débat, ces chiffres se situaient à 52% et 45%. Quant à Trump, sa cote a baissé (37% favorable et 60% défavorable avant; 36% et 62% après). 

Dans l’ensemble, ces sondages suggèrent que Biden sort gagnant du débat, puisque la proportion de ceux qui jugent sa performance favorablement est supérieure à celle de ses intentions de vote. La perception du débat demeure toutefois largement tributaire des préférences partisanes et très peu d’électeurs semblent avoir été persuadés de changer leur allégeance dans un sens ou dans l’autre. Il est aussi probable que les débats dans leur ensemble devraient avoir un effet mineur sur les intentions de vote.

Les débats font rarement bouger les intentions de vote

Depuis l’avènement des débats télévisés en 1960, l’analyse des intentions de vote avant et après les débats indique que ceux-ci ont généralement un impact négligeable. Comme le graphique ci-dessous le montre, la moyenne des sondages prédébats est presque toujours à peu près égale à la moyenne après les débats, sauf en 1976, où Jimmy Carter avait chuté après les débats, mais remporté l’élection quand même. 

Graphique 1: Moyennes des intentions de vote avant et après les débats télévisés, 1960-2008

(Source: Robert Erikson et Christopher Wlezien, The Timeline of Presidential Elections, University of Chigago Press, 2012).

Le fameux débat télévisé de 1960 est entré dans la légende des campagnes électorales américaines, car John F. Kennedy projetait une image beaucoup plus attrayante et détendue que Richard Nixon, mais il n’a pas fait broncher les intentions de vote, qui sont restées statiques avant et après le débat. En 2016, on se rappelle qu’Hillary Clinton avait été déclarée gagnante, mais les révélations scandaleuses publiées au sujet de Donald Trump pendant la période des débats ont plus contribué à secouer l’opinion que les débats eux-mêmes. 

En somme, les débats sont une épreuve incontournable que tous les candidats prennent très au sérieux, mais ils changent rarement significativement la donne des campagnes présidentielles. Ce qui est toutefois certain, c'est que ce premier débat n’aidera pas Donald Trump à réduire l’écart imposant qui le sépare de Joe Biden, y compris dans les quelques États clés qu’il ne peut pas se permettre de perdre, dont la Pennsylvanie.