/finance/business
Navigation

MEC pourra être vendu à des intérêts privés

Les opposants à la vente et à la privatisation déboutés

Coup d'oeil sur cet article

La Cour suprême de Colombie-Britannique a rejeté vendredi les demandes du mouvement coopératif et donné son aval à la vente de la chaîne Mountain Equipment Coop (MEC) à une société d’investissement privée. 

• À lire aussi: Privatisation de MEC: les membres préparent une contre-proposition

Par cette décision, le conseil d’administration s’est vu autoriser la vente de l’ensemble des actifs de la coopérative de plein air à l’américaine Kingswood Capital Management, de Los Angeles. 

D’un même souffle, la juge a rejeté les arguments des opposants à la transaction, dont ceux de milliers de membres représentés par l’organisme Sauvons MEC. 

Ces derniers réclamaient une extension de délai afin de leur permettre de présenter aux créanciers une contre-proposition qui aurait permis d’éviter la vente de la coopérative à des intérêts privés. 

La cour en aura décidé autrement. Dans une courte déclaration écrite, à l’intention des médias, le CA s’est réjoui de la décision, soutenant que la vente permettait de renforcer la situation financière de MEC, de préserver des emplois, et de conserver la vaste majorité de ses magasins. 

Une possibilité d’appel

Déçus, les représentants de Sauvons MEC se sont dits impatients de connaître les arguments venant appuyer le jugement. 

« Nous pensons qu’il y a des principes juridiques fondamentaux que cette décision a ignorés », soutiennent-ils.

Un appel du jugement n’est pas exclu, assure sa porte-parole, Marie-Hélène Viau. 

« Nous travaillerons avec Coopératives et mutuelles Canada pour évaluer toutes les options à notre disposition », dit-elle.