/world/usa
Navigation

Le drone domestique d’Amazon ravive les craintes sur la surveillance à domicile

La Ring Always Home Cam d'Amazon.
Photo AFP La Ring Always Home Cam d'Amazon.

Coup d'oeil sur cet article

Un drone miniature qui bourdonne dans la maison et permet aux usagers de surveiller leur domicile: cet appareil bientôt commercialisé par Amazon ne manque pas de faire froncer quelques sourcils.

Le Ring Always Home Cam, qui sera vendu en 2021, suscite déjà des interrogations sur des risques de surveillance intrusive et sur de possibles atteintes à la confidentialité. 

Amazon assure que le microdrone a été «fabriqué avec le respect de la vie privée à l’esprit» et qu’il fonctionne selon les instructions des clients.

Se rechargeant grâce à une station, il peut être activé à distance et enregistrer jusqu’à cinq minutes de vidéo.

Certains militants s’inquiètent de l’utilisation qui sera faite des données collectées par cet appareil, qui fait partie de la marque Ring, rachetée par Amazon en 2018 et spécialisée dans les objets pour la maison connectée, notamment les sonnettes intelligentes. 

Pour John Verdi, vice-président des politiques au Future of Privacy Forum (FPF), un groupe de réflexion basé à Washington, le drone pourrait ainsi contribuer à une «normalisation de la surveillance» à domicile.

«Quand les caméras, les micros et d’autres capteurs sont déployés dans des espaces privés comme un salon ou une chambre, cela conduit à accepter la surveillance au quotidien», prédit M. Verdi. 

L’expert reconnaît toutefois qu’Amazon «a fait des efforts concernant la protection de la confidentialité de ce produit à la fois pour les mesures liées au matériel et au logiciel».

Mais pour le professeur de droit à l’Université de Washington et spécialiste de la sécurité privée Ryan Calo, l’appareil «pourrait progressivement s’avérer plus nocif qu’une caméra normale» en permettant à un usager de surveiller d’autres personnes sans leur consentement.

Bien que le drone soit présenté comme un objet domestique, il pourrait aussi être utilisé sur le lieu de travail, estime M. Calo, et «permettre à la personne qui le contrôle d’espionner n’importe qui et il n’y aura nulle part où se cacher.»

Cela pourrait par exemple permettre à un individu violent d’épier son ou sa partenaire. 

Plus direct, le groupe britannique Big Brother Watch juge que la caméra volante est «probablement l’outil de surveillance le plus effrayant jamais produit par Amazon.»

«Nos clients cherchent des moyens pour s’assurer que leurs maisons et leurs familles sont en sécurité. Nos nouveaux produits et fonctionnalités, dont la Always Home Cam, les aident justement à faire cela», a réagi un porte-parole d’Amazon.

Liens avec la police?

Amazon a subi, dans le passé, de vives critiques en raison du partage de vidéos enregistrées par des sonnettes Ring avec des services de police ayant encouragé les propriétaires à se servir de ces appareils.

Le groupe assure que les caméras d’intérieur ne sont pas visées par des demandes des forces de l’ordre et ne sont pas équipées de micros pour enregistrer le son.

Mais pour M. Calo, malgré les garanties du groupe, «ça ne sera peut-être pas du ressort d’Amazon, mais d’un tribunal si la police demande un mandat».

Certains détracteurs craignent aussi qu’Amazon ou ses partenaires ne cherchent à récupérer des données à des fins commerciales. 

Si l’utilisation qui sera faite de ces données reste mystérieuse, M. Calo rappelle qu’avec Amazon, il y a «de nombreux antécédents» qui montrent que l’entreprise «a tenté de monétiser ce qu’elle savait sur ses clients à partir de leur historique de recherche ou d’achat. Cela fait partie de son modèle économique.»