/sports/hockey/remparts
Navigation

Les Remparts sautent enfin dans l’action

Les Remparts sautent enfin dans l’action
Photo Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Même si les réjouissances de retrouver la glace du Centre Vidéotron pourraient être de courte durée, les Remparts ouvriront leur saison locale à huis clos, samedi soir, face aux Tigres de Victoriaville, plus de six mois après leurs derniers coups de patin officiels.

• À lire aussi: LHJMQ: les activités compromises en zone rouge

• À lire aussi: Zone rouge: les sports d’équipe sur pause dès lundi

• À lire aussi: COVID-19: une saison bien spéciale dans la LHJMQ

En fait, il s’est écoulé 210 jours depuis la dernière partie des hommes de Patrick Roy qui s’étaient soldée par une victoire à Moncton le 7 mars. En langage de hockey, ça fait un bail!

«C’est drôle parce que je les sentais un peu nerveux et j’ai hâte de voir demain [samedi]. On a essayé de garder beaucoup d’intensité dans la pratique et de s’assurer qu’on était le moins arrêté possible pour tasser cette nervosité à l’approche du premier match», a convenu en matinée l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts au terme de cette répétition finale.

Explosion offensive attendue

Les Remparts ont été la seule formation du calendrier préparatoire à ne pas savourer la victoire (0-4-1-0). Et, avec seulement six buts au compteur, l’offensive a connu des ennuis, un aspect qui a été peaufiné dans les derniers jours à l’entraînement.

«Six buts en matchs hors-concours, c’est nettement insuffisant et on a beaucoup plus de talent qu’une équipe qui a marqué six buts. Il va falloir jouer avec plus de mordant autour du filet et parfois, mettre des écrans qui pourront permettre à nos défenseurs de prendre des tirs de qualité et profiter de ces moments pour marquer», a exposé Roy.

«On est déçus d’avoir été 0-5 en matchs hors-concours et ce ne sont pas les chances qui manquaient [...]. Ce qui manquait, c’était de la mettre dedans [la rondelle]. C’est mieux que ça arrive en matchs et je suis pas mal sûr que ça va débloquer en fin de semaine avec la semaine de pratique qu’on a eue», a renchéri l’attaquant Pierrick Dubé, qui entamera une quatrième campagne dans l’uniforme québécois.

La LCH écorchée

Contrairement aux Remparts, privés de leurs patineurs étrangers comme la majorité des équipes, les Tigres aligneront les Russes Mikail Abramov et Egor Serdyuk, qui sont restées au Québec depuis le début de la pandémie. Abramov a pu revenir au pays après un court passage dans son pays en raison de son contrat avec les Maple Leafs de Toronto. Roy a lancé une flèche à l’endroit de la Ligue canadienne qui gère le dossier en compagnie de la LHJMQ avec l’Agence de santé publique du Canada et Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

«Je ne suis pas très impressionné par la façon dont le dossier a été travaillé par la Ligue canadienne de hockey. À partir du moment où tu fais un repêchage, il me semble que tu devrais être assez intelligent pour avoir un processus derrière ça, même si on est dans une période complexe.

«La Ligue canadienne n’est pas très impressionnante et je serais dégoûté que les joueurs européens [puissent] rentrer au 1er novembre ou au 1er décembre quand l’Ontario et l’Ouest vont commencer», a-t-il déploré.

Invité à commenter le dossier, le commissaire Gilles Courteau a répété que tous les efforts étaient déployés par les autorités compétentes depuis six semaines.

«Je comprends la frustration des équipes et au bureau du commissaire, on est tout aussi frustrés de ne pas avoir les joueurs étrangers au Canada dans nos équipes, mais on est dans une situation particulière. On savait que c’était pour être difficile d’amener les joueurs étrangers.»