/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: un cinquième mort au CHSLD de Maria, en Gaspésie

Coup d'oeil sur cet article

La hausse des nouveaux cas s’est poursuivie en Gaspésie vendredi, alors que l'éclosion au CHSLD de Maria a fait une cinquième victime.

• À lire aussi: COVID-19: plus de 1000 nouveaux cas au Québec, sept décès supplémentaires

• À lire aussi: COVID-19: Québec et Chaudière-Appalaches enregistrent des hausses records de cas

Vingt-huit nouvelles infections ont été rapportées en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine vendredi. La majorité des nouveaux cas se retrouvent dans la MRC d’Avignon.

Deux milieux de vie pour aînés sont touchés par des éclosions à Maria. À la résidence privée pour aînés Lady Maria, 31 résidents ont contracté le virus, de même que certains membres du personnel.

Le bilan continue de s’alourdir au CHSLD de Maria: un nouveau décès y a été rapporté vendredi, tandis que 22 résidents et 14 membres du personnel ont été atteints du virus.

La situation n’est pas facile pour les employés. Certains réaménagements au niveau des horaires ont été effectués en zones chaudes et certains d’entre eux doivent faire des quarts de travail de 12 heures.

Deux employés du CHSLD ont démissionné cette semaine et quatre autres sont en congé de maladie.

Le CISSS de la Gaspésie a indiqué que la situation au CHSLD de Maria était fragile, mais restait contrôlé.

«Ce qui nous manque surtout en ce moment, ce sont les infirmières auxiliaires. C’est pour ça qu’on sollicite quand même beaucoup le personnel qui se montre extrêmement dévoué et très investi», a expliqué Martin Brosseau, directeur par intérim des ressources humaines au CISSS de la Gaspésie.

Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ) a reconnu que la situation n’était pas facile sur le terrain.

Le président du syndicat, Pier-Luc Bujold, a lancé un appel aux professionnels des autres régions du Québec pour demander des renforts.

«Ce n’est pas des gens et des volontaires de la Gaspésie qui vont pouvoir venir combler ces besoins-là. C’est vraiment des gens de l’externe. Je pense qu’il faut qu’il y ait un cri du cœur. Aujourd’hui, je lance ce cri du cœur là [pour] qu'il y ait une vague de solidarité envers la Gaspésie», a précisé M. Bujold.