/news/currentevents
Navigation

Un pédophile trop dangereux pour sortir

Le récidiviste a écopé d’une peine à durée indéterminée

MICHEL FRADETTE PÉDOPHILE
Photo d’archives Âgé de 41 ans, Michel Fradette a passé la majeure partie de sa vie adulte derrière les barreaux.

Coup d'oeil sur cet article

Un pédophile récidiviste, qui a tenté d’obtenir les services sexuels d’une enfant de 12 ans auprès d’une policière qui prétendait être une proxénète, est tellement considéré comme dangereux qu’un juge l’a récemment condamné à une peine de détention sans date de fin. 

Michel Fradette n’a vraisemblablement rien appris malgré 10 ans passés en détention pour avoir agressé plusieurs fillettes au début des années 2000, a constaté le juge Marc-André Dagenais. 

« En résumé, le Tribunal ne peut que constater que le délinquant se trouve aujourd’hui exactement dans la même situation qu’il se trouvait lors de l’imposition de sa peine en 2007, et ce, malgré le passage du temps et surtout la complétion de thérapies et d’activités de maintien des acquis au fil des dernières années », a écrit le magistrat dans une décision rendue à la fin août dont Le Journal a obtenu copie. 

Délinquant dangereux

Le juge Dagenais a alors affublé le pédophile de 41 ans de l’étiquette peu enviable de délinquant dangereux, assortie d’une peine de détention à durée indéterminée dans un pénitencier. 

Cela signifie que Fradette devra passer au moins sept ans derrière les barreaux avant de penser obtenir une libération conditionnelle.

Or, s’il représente toujours un risque élevé de récidive – comme c’est le cas actuellement –, il pourrait demeurer détenu jusqu’à la fin de ses jours.

Le prédateur sexuel semblait d’ailleurs bien conscient de cette possibilité lorsque le juge a prononcé la sentence, au palais de justice de Laval.

« Merci de m’avoir condamné à mort », a-t-il lancé à la fin de l’audience. 

En mars 2019, Fradette a tenté d’obtenir les services sexuels de « la plus petite et jeune » fille dont disposait une prétendue proxénète ayant fait paraître une annonce en ligne. 

500 $ pour une fillette

Le pédophile ignorait qu’il s’adressait plutôt à une policière lorsqu’il a offert de payer jusqu’à 500 $ pour une fille d’âge « primaire ». 

Fradette s’est aussitôt fait mettre la main au collet. Il n’avait pas le droit d’accéder à internet, de surcroît.

Le récidiviste devait respecter plusieurs conditions dans le cadre d’une ordonnance de surveillance de longue durée depuis sa sortie du pénitencier en 2017, relativement à des agressions sexuelles sur six mineures.

Devant le tribunal, il a juré ne pas avoir de fantaisies déviantes et qu’il canalisait sa sexualité en regardant en boucle des passages du film Fifty Shades of Grey lors de sa brève période de liberté surveillée.

Le magistrat ne l’a toutefois pas vu du même œil.

« La preuve démontre hors de tout doute que le délinquant n’est pas en mesure de contrôler ses actes », a conclu le juge Dagenais, ajoutant que Fradette n’avait aucun remords.