/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: des «délais inacceptables» de dépistage dénoncés à Québec

Le conseil des médecins, dentistes et pharmaciens interpelle le ministre de la Santé

À l’Hôtel-Dieu de Lévis, 10 patients et sept travailleurs ont contracté le coronavirus.
Photo Didier Debusschère À l’Hôtel-Dieu de Lévis, 10 patients et sept travailleurs ont contracté le coronavirus.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la Capitale-Nationale fracasse un nouveau record de 183 nouveaux cas confirmés de COVID-19, des médecins de Québec dénoncent la «désorganisation» et «l’inefficacité» du dépistage dans la région.

• À lire aussi: L’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec–Université Laval a besoin de tests de dépistage rapides et en quantité suffisante

Avec cette nouvelle hausse importante de cas, ce sont maintenant 4448 individus qui ont contracté le virus dans la Capitale-Nationale depuis le début de la crise sanitaire.

La santé publique régionale ajoute également quatre nouveaux décès dans son bilan, pour un sombre total de 220 morts de la COVID-19 sur le territoire.

Les hôpitaux de la région soignent actuellement 59 personnes aux prises avec des complications de la maladie, dont 11 se trouvant aux soins intensifs, alors que pas moins de 78 éclosions sévissent à Québec.

Du côté de Chaudière-Appalaches, le nombre de nouveaux cas atteint aussi un sommet, avec 73 nouvelles infections. 

Des services paralysés

L’augmentation des cas à Québec a des répercussions importantes dans les hôpitaux.

«Il y a des délais inacceptables dans les résultats, une inefficacité complète du dépistage, et de la désorganisation qui sévit dans la région de Québec», déplore le Dr Philippe Joubert, pathologiste à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

L’établissement de soins est aux prises, depuis plusieurs jours, avec une importante éclosion de COVID-19 qui s’est répandue sur quatre étages et qui a fait une soixantaine de cas chez les patients et les employés.

Trois autres secteurs de l’hôpital sont aussi à risque, explique le Dr Joubert. La situation est telle que l’IUCPQ fonctionne seulement à 30-40 % de ses capacités.

«Il y a des éclosions partout [dans l’établissement]. On n’est pas capable de tester de façon systématique tous nos étages, tous nos professionnels et nos patients. Donc là, on est obligé de paralyser des services cliniques», explique le médecin.

Dès lundi, seulement trois salles d’opération sur 10 seront ouvertes à l’IUCPQ, mais «possiblement qu’elles fermeront toutes au courant de la semaine prochaine».

Une lourdeur administrative

Cette inefficacité dans le traitement des dépistages, et tous les problèmes qui en découlent, est occasionnée par une lourdeur du système de centralisation d’analyses OPTILAB, d’après le Dr Joubert.

Souhait non exaucé

La présidente du conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP), Marie-Hélène LeBlanc, a d’ailleurs dénoncé cette situation dans une lettre qu’elle a fait parvenir hier au ministre de la Santé, et dont Le Journal a obtenu une copie.

Elle y mentionne, entre autres, que les médecins de l’IUCPQ avaient demandé de nouveaux équipements et du personnel supplémentaire durant l’été, en prévision de la deuxième vague.

Un souhait qui, en raison de cette lourdeur administrative, n’a pu être exaucé.

— Avec la collaboration de Catherine Bouchard


 NOMBRE D’ÉCLOSIONS ACTIVES DANS LES MILIEUX DE VIE POUR AÎNÉS 

  • Dans la Capitale-Nationale : 14 
  • Dans Chaudière-Appalaches : 10  

NOUVELLES RÉSIDENCES TOUCHÉES DEPUIS 24 HEURES 

  • Dans la Capitale-Nationale : 3  

Sources : CIUSSS de la Capitale-Nationale et CISSS de Chaudière-Appalaches

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres