/finance/business
Navigation

Fraudes en série dans plusieurs quincailleries de la province

Les malfaiteurs commandent par téléphone à l’aide de cartes de crédit volées

Sophie Denis et Philippe Moisan, tous deux copropriétaires de la quincaillerie de l’enseigne Home Hardware, à Saint-Raymond de Portneuf, figurent au nombre des nombreuses victimes de fraude par carte de crédit, ces dernières semaines.
Photo Didier Debusschère Sophie Denis et Philippe Moisan, tous deux copropriétaires de la quincaillerie de l’enseigne Home Hardware, à Saint-Raymond de Portneuf, figurent au nombre des nombreuses victimes de fraude par carte de crédit, ces dernières semaines.

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de quincailliers d’un peu partout au Québec font les frais depuis quelques semaines de ce qui semble être un important réseau de fraudes par carte de crédit.

« En 72 heures, 15 cas nous ont été rapportés, confirme le PDG de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), Richard Darveau. Les histoires se ressemblent, mais se produisent partout à la fois. Tout cela nous paraît bien étrange. »

Les fraudeurs passent leur commande par téléphone en se faisant passer pour des entrepreneurs en construction, victimes de vol de leurs outils. Comme le temps presse, ceux-ci payent par carte de crédit en expliquant que des employés passeront chercher le tout dans la journée. 

Ce n’est qu’une fois la marchandise partie que le détaillant réalise que la transaction qu’il croyait avoir déjà réglée est refusée. Et, évidemment que les noms et coordonnées d’entreprise utilisés n’étaient en fait qu’inventions.

3000 $ d’outils 

Le subterfuge a coûté près de 3000 $ d’outils à la quincaillerie Jean Denis ltée, de l’enseigne Home Hardware, à Saint-Raymond-de-Portneuf. 

« Je suis en colère, affirme Sophie Denis, copropriétaire de la quincaillerie fondée par son arrière-grand-père, en 1928. On a toujours travaillé fort ici. Et avec la pandémie, ça a été encore pire. J’ai fait des semaines de 82 heures, vous savez... Que des malfaiteurs abusent ainsi de la bonne foi des gens me met hors de moi. »

Le même jour, deux autres quincailleries des environs, à Saint-Raymond et à Donnacona, sont tombées dans le même panneau. Et chaque fois avec le même résultat : des milliers de dollars d’outils envolés.

Le sergent Louis-Philippe Bibeau, de la Sûreté du Québec, confirme l’ouverture d’une enquête concernant un ou des événements survenus dans la région de Portneuf. Ils s’apparentent, dit-il, à des gestes similaires survenus depuis septembre dans la région de Chaudière-Appalaches.

Mais ce n’est pas tout ; plusieurs quincailliers des régions de Sherbrooke en Estrie, Trois-Rivières en Mauricie, et Rivière-du-Loup dans le Bas-Saint-Laurent auraient aussi été victimes du même stratagème, soutient l’AQMAT. Et ce, sans égard à l’enseigne ; RONA, BMR, Home Hardware y auraient tous goûté.

Un silence à briser

Le hic est que toutes les victimes ne portent pas nécessairement plainte à la police, confirme le sergent Bibeau. Ce qui laisse croire que la fraude est plus étendue qu’on pourrait l’imaginer. 

« Je comprends les hésitations. On a honte de s’être fait avoir, reconnaît Sophie Denis, copropriétaire victime de Saint-Raymond. Mais moi j’ai décidé de parler par devoir de citoyen. On ne laissera quand même pas le mal prendre le dessus sur le bien ! »

La Sûreté invite les quincailliers à la prudence et à signaler les fraudes dont ils sont victimes.

Un stratagème, cinq régions, au moins quinze victimes 

Le stratagème 

1. Un fraudeur se fait passer pour un entrepreneur en construction de l’extérieur de la région.

2. Il commande une importante quantité d’outils par téléphone à l’aide d’une carte de crédit.

3. Des complices passent en magasin chercher la marchandise que l’on croit payée (sans la carte de crédit du « patron »).

4. Une fois les complices repartis, la quincaillerie reçoit un avis de refus de la transaction. 

La SQ conseille 

1. Exiger que le client ait en main la carte de crédit, afin de s’assurer que le client inscrit son NIP.

2. En cas de doute : identifier le client avec une pièce d’identité.

3. Se méfier lorsque le client n’a pas de compte chez le commerçant.

4. Redoubler de méfiance lors de la location ou la vente d’équipements de grande valeur.

5. Noter les plaques d’immatriculation des véhicules et des remorques lors d’une transaction importante.