/sports/hockey
Navigation

Repêchage LNH 2020: quel impact pour Alexis Lafrenière?

Des recruteurs se prononcent sur ce que le futur premier choix pourrait accomplir à sa première saison dans la LNH

Alexis Lafrenière devrait être en mesure de connaître du succès rapidement dans la LNH selon des recruteurs.
Photo d’archives Alexis Lafrenière devrait être en mesure de connaître du succès rapidement dans la LNH selon des recruteurs.

Coup d'oeil sur cet article

À moins d’une surprise, Alexis Lafrenière deviendra officiellement la propriété des Rangers de New York, mardi soir. 

• À lire aussi: Guide complet du repêchage de la LNH

Si le premier choix du repêchage de 2019, Jack Hughes, n’a pas eu l’impact escompté à sa première saison dans la LNH, il serait surprenant que l’ailier québécois ne fasse pas sentir sa présence dès ses premiers coups de patin dans le circuit Bettman, selon des recruteurs qui l’épient depuis longtemps.

Le Québécois est considéré comme le meilleur espoir de la cuvée 2020 depuis qu’il a fait ses débuts dans la LHJMQ en 2017-2018, et il n’a rien fait depuis pour que son étoile pâlisse. 

«C’est sûr qu’il va avoir un impact tout de suite, a lancé sans hésiter au Journal un recruteur d’une équipe de l’Ouest. C’est un gars qui va jouer sur l’un des deux premiers trios d’une équipe dès ses débuts. Il est un peu plus vieux et ça va l’aider, mais il est déjà fort physiquement, il a un coup de patin de la LNH, il est déjà très mature et possède surtout un excellent sens du jeu. Il est déjà très bon, mais il sera encore meilleur quand il va jouer avec de meilleurs joueurs.»

Ce recruteur estime d’ailleurs qu’il n’y a aucun parallèle à tracer avec Hughes, ou même son potentiel futur coéquipier avec les Rangers, Kaapo Kakko qui ont tous deux connu des saisons plus décevantes qu’escompté l’an dernier après avoir été repêchés premier et deuxième, respectivement.

«Je ne vois pas comment Lafrenière pourrait rater son coup. Souvent, les gars qui ont de la misère à s’implanter à un jeune âge, c’est en raison d’un manque de maturité physique et ce n’est pas un problème pour lui. Évidemment, il va avoir de la pression, mais il a prouvé qu’il était capable de répondre dans les moments importants. Je suis convaincu que dès son premier match dans la LNH, il va tirer son épingle du jeu.»

TALENT BRUT

Deux autres recruteurs à qui le Journal a parlé dans le cadre de ce papier ont été tous aussi élogieux envers le natif de Saint-Eustache.

«Il a beaucoup de qualités que les équipes recherchent aujourd’hui, mentionne le premier, qui lui aussi travaille pour une formation de l’Ouest. C’est un joueur très intelligent sur la glace et qui prend toujours de bonnes décisions. Il n’y a jamais eu de doutes dans mon esprit qu’il serait le premier choix au total.»

«Sur le plan individuel, il possède de bonnes habiletés avec la rondelle, un bon coup de patin et une bonne vision de jeu, ajoute quant à lui l’autre recruteur sondé qui œuvre pour une équipe de l’Association de l’Est. Il est dans le moule des joueurs de 18 ou 19 ans qui ont eu du succès dans la LNH depuis quelques années.»

QUEL RÔLE

Ces deux recruteurs d’expérience, toutefois, préfèrent apporter un bémol avant de prédire l’impact que Lafrenière aura dans la LNH dès la saison prochaine. 

«S’il se retrouve vraiment avec les Rangers, il va jouer avec de très bons joueurs offensifs. Par contre, ça peut aller dans les deux sens parce que ça veut aussi dire qu’il sera peut-être moins utilisé que dans une équipe moins bien nantie en attaque», ajoute le recruteur de l’Ouest.

Tout dépendra, au final, de ce que l’entraîneur des Rangers David Quinn verra en lui dès le départ, ajoute-t-il.

«Dans mon équipe, je peux te dire après deux ou trois jours de camp d’entraînement si un joueur va avoir une bonne saison ou pas. Ça dépend toujours de l’attitude de l’entraîneur parce qu’ils ne les connaissent pas les jeunes joueurs et c’est normal, ils n’ont pas le temps de les regarder pendant 10 ou 15 matchs comme nous durant la saison. On ne sait donc pas quelle approche vont avoir les Rangers avec lui. Ceci étant dit, je ne suis pas inquiet pour Lafrenière.»

THORNTON ET HUGHES

Le recruteur de l’Est abonde sensiblement dans le même sens. 

«Je me garde une réserve avant de prédire son impact parce que ça dépend de chaque organisation. Lafrenière est mature physiquement, mais les Bruins avaient décidé de protéger Joe Thornton à sa première année en le faisant jouer sur un troisième ou quatrième trio même si, lui aussi, était prêt sur le plan physique.»

Ce dernier n’est toutefois pas inquiet lui non plus pour le produit de l’Océanic de Rimouski qui, selon lui, aura du succès dans la LNH plus tôt que tard.

«Basé sur mon expérience, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas tirer son épingle du jeu alors que d’autres joueurs du même âge et du même style l’ont fait récemment.»