/news/coronavirus
Navigation

Une partie de la Gaspésie passe au rouge

Le niveau d’alerte relevé au maximum mardi à Maria, Nouvelle et Carleton-sur-mer

Coup d'oeil sur cet article

L’alerte maximale entrera en vigueur dans les villes de Maria, Nouvelle et Carleton-sur-Mer à compter de mardi, alors que la pandémie évolue de façon « inquiétante » dans la région.

• À lire aussi: COVID-19: 1079 nouveaux cas et 12 décès au Québec

« Au cours des derniers jours, on note une augmentation inquiétante des cas confirmés dans certains secteurs de la Gaspésie. Il faut absolument ralentir la transmission », a souligné hier le ministre de la Santé, Christian Dubé, dans un communiqué annonçant le passage de ces villes au palier suivant. 

  • Écoutez l'entrevue du maire de Carleton-sur-Mer Mathieu Lapointe et du maire de Pointe-à-la-Croix avec Geneviève Pettersen sur QUB Radio:  

La MRC d’Avignon, où se trouvent les trois municipalités, est d’ailleurs le territoire où la prévalence de COVID-19 dans la population est la plus forte au Québec actuellement, soit près de 1000 cas par 100 000 habitants.  

  • Nathalie Normandeau, native de Maria, est inquiète pour la Gaspésie: écoutez-la au micro de Pierre Nantel sur QUB radio:    

Prévisible

La décision du ministre Dubé n’a pas surpris les élus de la région qui s’attendaient à une annonce d’un jour à l’autre.

« Ça fait déjà plusieurs jours qu’on [les trois villes] a mis en place les mesures restrictives qui s’appliquent aux zones rouges parce qu’on était conscient de la situation, même si on n’avait pas encore atteint officiellement ce palier », explique le maire de Carleton-sur-Mer, Mathieu Lapointe.

« Ça va être difficile pour nos commerçants et le milieu culturel, mais ça va permettre de donner un signal clair à la population pour reprendre le dessus », croit-il.

À New Richmond, située à quelques kilomètres à peine de Maria, on compte discuter avec la Santé publique pour savoir comment gérer la proximité avec les villes touchées.

« On a plein d’activités qui ont dû être annulées avec la montée des cas, c’est comme si on était déjà en zone rouge, et tout ce qui nous en sépare, c’est un pont », indique le maire Éric Dubé.

La chasse soulève des craintes

Par ailleurs, la chasse à l’orignal, qui devrait attirer près 10 000 chasseurs de l’extérieur de la Gaspésie dans les prochains jours, inquiète les citoyens de la région qui doivent déjà composer avec plusieurs éclosions.

« Les gens sont très craintifs. La chasse en elle-même nécessite la distanciation sociale, mais le problème, ça va être le soir dans les partys. Il pourrait y avoir des épisodes de contamination », craint le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy.

D’après lui, les citoyens de Québec, par exemple, qui ne peuvent pratiquement plus faire d’activités, n’hésiteront pas à se déplacer en Gaspésie pour chasser malgré les recommandations de la Santé publique.

– Avec la collaboration de l’Agence QMI