/misc
Navigation

Le jour J est arrivé

Coup d'oeil sur cet article

En campagne électorale, les partis désignent le jour des élections jour J. Dans sa conjoncture actuelle, le Canadien doit aussi considérer qu’aujourd’hui est le jour J. 

Pandémie oblige, l’élection des espoirs de l’organisation se fera à huis clos, sans les clameurs de la foule fébrile du Centre Bell, comme c’était initialement projeté pour juin dernier.

N’empêche, Marc Bergevin doit livrer la semaine la plus déterminante de son mandat à la tête du CH.

Le directeur général prépare son coup depuis plus d’un an. Il savait que l’encan amateur 2020 serait névralgique. Sans rêver ouvertement d’Alexis Lafrenière, ses recruteurs ont observé le talentueux attaquant en salivant, conscients que les chances de le réclamer seraient minces.

La cohorte 2020 est excellente. Parfaite pour une équipe en reconstruction comme les Sénateurs d’Ottawa. Pierre Dorion est le seul DG qui peut rivaliser à la table de poker avec Marc Bergevin. Dorion est en processus lent vers la construction d’une équipe aspirant à la coupe Stanley. 

Colmater les brèches

Bergevin a vu la trajectoire de son plan changer. Il est désormais à l’aise avec ses 11 choix de repêchage puisque son devoir est de colmater les brèches de son équipe en attaque à temps pour le début de la prochaine campagne. Pas à tout prix, mais pas loin.

Le corps principal de son effectif en défensive est sous contrat pour au moins deux saisons, quatre si on exclut Ben Chiarrot de l’équation. 

Les deux premiers centres tant recherchés se sont révélés. Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi sont ici pour longtemps.

Si Bergevin parvient à s’entendre avec Brendan Gallagher et Philippe Danault sur des prolongations de contrat... Si la progression se poursuit et amène à « graduation » les espoirs Romanov, Caufield, Ylönen et Norlinder d’ici 2022... Alors le Canadien pourra espérer être très compétitif pour plusieurs saisons. 

Compétitif et prétendant ne riment toutefois pas. Ce qui nous ramène à aujourd’hui. Le fameux jour J où Marc Bergevin doit plus que colmater, il doit manœuvrer afin de se positionner pour ajouter un attaquant de premier plan.

Ce type de joueur qui arrive et fait l’unanimité. Ce marqueur talentueux et impliqué, un grand format qui fera rêver. 

Arsenal varié

Est-ce que je crois aux licornes ?

Vous avez le droit de le penser. J’ai le droit de m’inscrire en faux. Le directeur général du Canadien possède un arsenal varié et garni, il peut, avec un minimum de créativité, conclure une entente gagnant-gagnant avec un de ses homologues qui cherche de l’espace sous le plafond salarial. 

Traditionnellement, le DG du CH est très actif sur le parquet lors du repêchage. Parions qu’aujourd’hui il usera l’immaculé tapis du vestiaire de l’équipe, centre nerveux établi pour ce jour J, en même temps qu’il putréfiera son forfait que je présume illimité de minutes d’appels...

Et s’il ne se passe rien ou presque, alors il faudra comprendre que la réplique sera encore plus excitante à l’ouverture du marché des joueurs autonomes, pas plus tard que ce vendredi.