/sports/opinion/columnists
Navigation

Matapédia, une saison historique

Le belvédère de la Chute à Philomène
Photo courtoisie Le belvédère de la Chute à Philomène fait partie des endroits vedettes que l’on retrouve sur les sentiers du club. Il a nécessité des investissements de plus de 200 000$. Il offre un panorama assez unique.

Coup d'oeil sur cet article

Reconnu comme l’un des clubs les mieux organisés au Québec, le Club VTT de la Matapédia est un bel exemple de ce qui s’est produit sur le terrain pour les bénévoles durant la présente saison.

« Oui, on peut dire que nous avons eu beaucoup d’adeptes dans nos sentiers, autant des gens du milieu que des visiteurs qui, dans bien des cas, en étaient à leurs premières armes, d’expliquer le président du club, monsieur André Blouin. Nous avons vraiment vécu une saison au-delà de nos attentes. »

L’affluence s’est faite aussi au travers de nombreux travaux qui étaient à faire sur le réseau de sentiers du club qui compte 704 kilomètres.

« Nous avons eu beaucoup de travaux à faire. Nous avons amélioré des sentiers, mieux préparé nos sites touristiques sur les parcours. Les bénévoles ont été là tous les jours. C’est ce qui nous a permis d’avoir du succès et d’être prêts à recevoir tous ces gens. »

La surprise pour l’équipe a été de voir autant de personnes se présenter dans les sentiers.

« Les gens sont venus plus que l’on pensait. On a vu des habitués du Festival quad même si l’évènement a été annulé. Plus du tiers des gens de l’extérieur qui viennent d’habitude sont venus dans nos sentiers. Les hébergements touristiques étaient remplis, à notre grande surprise. Ils sont arrivés en semaine et ils prenaient le départ de randonnée, six ou sept quads ensemble. Des gens nous ont expliqué qu’ils avaient annulé leur séjour lorsque les régions ont été fermées au printemps dernier, mais, qu’avec la réouverture, ils ont choisi de revenir nous voir. »

Parmi tous ces quadistes, monsieur Blouin a noté la présence de plusieurs nouveaux adeptes.

« Ils y avaient vraiment beaucoup de nouveaux adeptes dans les sentiers. Les gens nous expliquaient qu’ils avaient pris leurs vacances pour une période de l’année et avec le fait qu’ils ne pouvaient aller ailleurs, ils ont choisi de pratiquer le quad dans notre région. »

Les ventes record de quads se sont reflétées dans les sentiers.

La tendance se maintient

« Nous avons vu de nouveaux adeptes qui ne connaissaient absolument rien au monde du quad. Cela nous est arrivé en grande partie en raison des ventes record de véhicules enregistrées un peu partout. Très souvent, nous avons eu des témoignages de gens qui découvraient une nouvelle facette du Québec. Ils n’en revenaient tout simplement pas. Les mots “extraordinaire” et “beau” revenaient plusieurs fois dans les conversations tout au cours de l’été. » 

Parmi ces quadistes, le président a même noté la présence d’anciens adeptes qui revenaient découvrir le milieu qui avait bien changé.

Au chapitre des nouveaux membres dans son club qui résulte de ce concours de circonstances, le président y allait de cette déclaration : « j’ai certainement une augmentation de 15 à 20 % de nouvelles personnes. Plusieurs nous ont dit ne rien connaître du domaine et des sentiers disponibles, avant de faire le tour de chez nous. Plusieurs nous ont même dit qu’ils faisaient du camping, et, comme la saison était en péril à un certain moment, ils ont décidé de s’acheter un quatre roues et de parcourir les sentiers. »

Un travail d'équipe

Fidèle à lui-même, le président tenait à mentionner que ce succès était un travail d’équipe. « Il faut donner un grand coup de chapeau aux gens de notre Fédération (Fédération québécoise des clubs quads) qui ont fait un travail colossal pour que les sentiers soient ouverts. Les gens de l’extérieur qui sont venus chez nous respectaient les normes de la santé publique. Les gens d’ici ont fait attention. Tout s’est fait naturellement, dans le respect de tous les adeptes. Il n’y a pas eu de chicanes pour les masques. Lorsque les gens s’arrêtaient, aussitôt qu’ils descendaient de leurs véhicules, ils enfilaient leur masque. »

Rappelant que les quadistes roulent avec des visières en tout temps, la réaction des amateurs cette saison, a fait en sorte que le président a eu une idée.

« Dans les faits, on s’est rendu compte que les gens agissaient en petite bulle. Cela nous a donné l’idée de présenter notre festival l’an prochain en genre bulle. Les gens vont pouvoir circuler dans les sentiers selon l’horaire fixé. Il n’y aura pas de rassemblement pour le souper comme à l’habitude. »

Pour lui, il est clair que le plaisir de la pratique du quad se situe ailleurs qu’à un souper.

« Le plaisir, c’est de découvrir les beautés de la nature chez nous et de circuler en sécurité. Nos sentiers peuvent mener les quadistes vers des sites offrant des panoramas exceptionnels. Cette saison, les gens ont fait ce qu’il faut en rapport avec la COVID pour se respecter et appliquer les consignes. Tout le monde se connaît ici. Aussitôt que le port du masque a été en vigueur, les gens étaient capables de dire à la personne qui ne le portait pas, de le mettre. Vraiment, le milieu s’est uni pour que l’activité se pratique en sécurité et que tout le monde en profite, y compris les commerces de la région. »

Si vous êtes tenté de vous rendre visiter les sentiers du club VTT de la Matapédia cette saison, dépêchez-vous à le faire parce que ce club n’opère pas l’hiver. Aussi, comme nous sommes en pleine période de chasse, prenez bien soin de respecter la signalisation spéciale qui a été installée à cette fin. « On ne veut pas que les quadistes dérangent les chasseurs. Il y a certains endroits qui sont carrément fermés alors qu’il y a des détours à d’autres. En respectant tout le monde, nous pourrons pratiquer notre loisir encore très longtemps. »