/misc
Navigation

Mike Pence peut-il sauver Donald Trump?

Mike Pence peut-il sauver Donald Trump?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les médias américains n’ont pas tort quand ils soulignent le talent de Kamala Harris. La candidate à la vice-présidence est présentée comme la favorite du débat de mercredi soir. Ancienne procureure générale de la Californie, elle a démontré ses compétences à maintes reprises lors d’interrogatoires menés au Sénat.

Si on s’attend à une performance spectaculaire de sa part, il faut aussi reconnaître qu’elle aura moins de pression sur les épaules que son adversaire républicain. Nous savons déjà qu’elle maîtrisera ses dossiers et que Pete Buttigieg, qui connaît bien Pence puisqu’ils sont tous deux politiciens de l’Indiana, lui a servi les répliques lors de débats simulés.

Comme Joe Biden semble accroître son avance sur Donald Trump de semaine en semaine, Mme Harris doit éviter de trébucher ou de surjouer comme elle l’a fait lors des primaires démocrates. De plus, elle dispose de nombreux angles d’attaque. C’est à Mike Pence que le président a confié la coordination de la fameuse «task force» chargée de mener la lutte pour freiner la propagation de la COVID-19. Confronté à un bilan pour le moins mitigé, le vice-président pourra difficilement esquiver les coups.

On reproche parfois à Mike Pence son manque de charisme, mais les stratèges démocrates commettraient une grave erreur en le sous-estimant. L’ancien gouverneur de l’Indiana est rompu à l’exercice et il est au moins tout aussi minutieux que sa rivale dans sa préparation. 

Non seulement Pence jouit-il d’une bonne expérience politique, mais il est très discipliné et ne s’emporte que très rarement. Outre sa longue carrière politique, il saura mettre à profit son expérience dans les médias. Il a animé des émissions de radio et de télévision entre 1988 et 1999.

Vous vous souvenez peut-être du débat entre les candidats à la vice-présidence de 2016. Alors opposé à Tim Kaine, Pence avait tiré son épingle du jeu en ignorant les attaques de son adversaire. Il n’avait pas dominé l’affrontement, mais sa discipline avait permis au candidat Trump ne pas perdre de points et de garder espoir.

Mercredi soir, Mike Pence devra offrir la meilleure performance de sa carrière. Cette fois, il a un bilan à défendre, une gestion dont il ne peut se dissocier. S’il peut recourir à la même stratégie qu’en 2016 en refusant de faire le jeu de l’adversaire, il doit maintenant convaincre les indécis et les républicains déçus d’accorder à son patron une seconde chance.

Le vice-président a donc quelques atouts dans son jeu et, contrairement à Donald Trump, c'est un conservateur sincère et crédible qui saura jouer sur les cordes sensibles d’une portion de l’électorat, mais la pente à remonter est plus abrupte qu’en 2016. 

Quoi qu’en disent certains analystes américains, la pression sera sur les épaules de Pence, ce soir. Tout comme Dick Cheney l’a fait pour George W. Bush en 2000, il a l’occasion de sauver la campagne de Donald Trump.