/news
Navigation

Des gels hâtifs qui font mal aux producteurs maraîchers

Coup d'oeil sur cet article

Les producteurs ne l'ont pas facile depuis ce printemps. Après le manque d'eau et les chaleurs d'été qui ont affecté les cultures maraîchères, ce sont les gels hâtifs de la mi-septembre qui endommagent les récoltes. 

À Saint-Paul-d'Abbotsford, en Montérégie, le Maraîcher André Côté doit composer avec une dizaine d'hectares de champs de courges qui ont été ravagés par le froid. Les pertes du producteur s'élèvent à un peu plus de 100 000 $.

Plusieurs autres producteurs de courges sont dans la même situation.

Elles ont poussé moins rapidement et n'étaient pas encore mûres pour être cueillies.

Au Jardin noir d'Ange-Gardien, on s'empresse à récolter l'ail et les carottes.

L'été 2020 ne s'est pas avéré fructueux pour plusieurs cultures comme la betterave, les carottes et l'ail.

Leur production a été affectée par la végétation tardive, la sécheresse et une germination inégale.

Quelque 80 % des carottes ne pourront être écoulées sur le marché en raison de leur difformité.

L'ail est à la moitié de sa taille habituelle et les pertes dans la culture de betteraves sont d'environ 40 %.