/sports/racing
Navigation

À quand le tour de Montréal?

Deux fois plus de courses en circuit routier l’an prochain en Coupe NASCAR

1257097407
Photo Getty Images Les pilotes de la série NASCAR pourront rivaliser lors de 36 courses l’an prochain.

Coup d'oeil sur cet article

La Coupe NASCAR a dévoilé la semaine dernière le calendrier 2021 de son championnat, qui comportera 36 courses étalées entre le 14 février (Daytona) et le 7 novembre (Phoenix).

L’ajout d’une épreuve sur terre battue à Bristol et six étapes en circuit routier en sont les principaux faits saillants. Jamais la programmation n’avait subi pareil bouleversement depuis 1969.

Si les tracés ovales sont l’essence même du NASCAR, ses dirigeants ont été à l’écoute des amateurs de stock-car qui réclament depuis longtemps plus d’escales sur des pistes où les pilotes doivent négocier des virages à droite.

Ils seront comblés en 2021 puisqu’en plus des épreuves existantes (Sonoma, Watkins Glen et Charlotte), trois autres s’ajouteront, à Austin, à Elkhart Lake et à Indianapolis. Toute incursion au nord de la frontière est toutefois exclue, du moins à court terme.

Une exception

La seule épreuve de l’une des divisions majeures du NASCAR, en l’occurrence la série des camionnettes (annulée cette année en raison de la pandémie), est présentée au circuit de Mosport, en Ontario, qui fut jadis le théâtre du Grand Prix du Canada.

Or, bon nombre d’adeptes auraient bien voulu que Montréal soit éventuellement considérée pour l’organisation d’une course de la Coupe NASCAR. Ils devront malheureusement prendre leur mal en patience.

De 2007 à 2012, la série Xfinity (appelée à l’époque Nationwide) avait effectué un passage remarqué au circuit Gilles-Villeneuve. À l’époque, ses promoteurs, Normand Legault au cours des deux premières années, puis François Dumontier, avaient réussi ce pari de présenter des épreuves passionnantes et parmi les plus populaires sur les réseaux américains. Mais ce n’était pas suffisant.

« On a fait nos classes en série Nationwide », a expliqué Dumontier, en entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal. « À un moment donné, on a visé plus haut. On voulait la grosse classe et ses pilotes vedettes. »

« Mais, a-t-il poursuivi, on a bien senti qu’il n’y avait pas une grande ouverture de la part de NASCAR. » 

Il fut annoncé, le 5 octobre 2012, que l’aventure du NASCAR était terminée à Montréal. 

« Montréal mérite une course »

Dumontier n’a pas nié être revenu à la charge il y a un peu moins de trois ans pour relancer le dossier. Il s’était même déplacé à Daytona pour rencontrer les décideurs de la série.

« J’ai senti qu’ils étaient plus attentifs à notre projet, mais ils n’y ont pas donné suite, raconte-t-il. Moi, je suis encore convaincu que Montréal mérite une course de la Coupe NASCAR. Mon idée n’a pas changé. »

À titre de président de l’Autorité Sportive Nationale du Canada (affilié à la Fédération internationale de l’automobile), poste auquel il a accédé en avril dernier, Dumontier supporte la tenue d’événements internationaux au pays.

« Que les séries proviennent d’Europe ou des États-Unis, affirme-t-il, nous serons toujours à l’écoute. Montréal est une destination de choix pour accueillir une série comme la Coupe NASCAR, mais il ne faudrait pas oublier Mosport.

« La liste d’attente pour l’obtention d’une épreuve a déjà été très longue en NASCAR, mais ce n’est, semble-t-il, plus le cas. Il ne faudrait pas se surprendre de voir d’autres nouveaux sites figurer au calendrier dans l’avenir. »

Six courses en circuit routier en Coupe NASCAR l’an prochain

23 mai
Des Amériques | Austin, Texas

6 juin
Sonoma | Sonoma, Californie

4 juillet
Road America | Elkhart Lake, Wisconsin

8 août
Watkins Glen | Watkins Glen, New York

15 août
Indianapolis | Indianapolis, Indiana

10 octobre
Charlotte | Charlotte, Caroline du Nord

Source : nascar.com

 

Un tracé attirant pour la NASCAR 

Maintenant que le circuit Gilles-Villeneuve compte sur des installations de haut niveau, inaugurées l’an dernier à l’occasion de la venue du grand cirque de la F1, la possibilité d’y organiser une deuxième fin de semaine de compétitions refait surface.

Et on suppose que la Ville de Montréal ne s’y opposerait pas, bien au contraire. 

« Nos nouvelles infrastructures sont un atout indéniable, de prétendre François Dumontier. Si des responsables de NASCAR venaient visiter le site, ils seraient impressionnés par la beauté des lieux et ses commodités tant au niveau des garages, des loges et de la salle de presse notamment. »

Les nouvelles installations du circuit Gilles-Villeneuve.
Photo courtoisie
Les nouvelles installations du circuit Gilles-Villeneuve.

Des ambassadeurs

La brillante victoire de Raphaël Lessard, la semaine dernière à Talladega dans la série des camionnettes, n’a fait que raviver la flamme du NASCAR. 

« Avec Alex Labbé, Lessard est l’un des grands ambassadeurs de notre sport aux États-Unis, d’affirmer le promoteur québécois. Et vous seriez surpris de constater qu’il y a beaucoup d’amateurs de stock-car au Québec et au Canada. »

De 2007 à 2012, plusieurs ténors du NASCAR ont couru au Circuit Gilles-Villeneuve en série Nationwide, dont Kevin Harvick, vainqueur de l’épreuve inaugurale. 

En entrevue au Journal l’année dernière à Loudon, au New Hampshire, le champion de la Coupe NASCAR en 2014 s’était dit favorable à la présentation d’une course de la discipline reine à Montréal. D’autres pilotes appuieraient cette démarche. 

Des têtes d’affiche comme Brad Keselowski, Joey Logano, Kyle Busch et Carl Edwards ont couru au Circuit Gilles-Villeneuve à plus d’une reprise dans le passé. Ils n’hésiteraient sans doute pas à y retourner, cette fois en Coupe NASCAR.


Ron Fellows est le seul Canadien à s’être imposé à Montréal, en 2008. Mais d’autres de ses compatriotes se sont classés dans le top 3, soit les Québécois Patrick Carpentier, Andrew Ranger, Jacques Villeneuve et Alex Tagliani.

Toujours en 2008, à Montréal, une course disputée sous la pluie, Carl Edwards avait fait les manchettes en jouant au squeegee sur la piste. Installé derrière son volant on l’a vu sortir le bras et éponger son pare-brise. Son équipe avait omis de lui installer un essuie-glace !