/travel/destinations/quebec
Navigation

Un parcours de 700 km entre Saguenay et Percé: partir à l'aventure en kayak en pleine pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune homme originaire d'Amqui, au Bas-Saint-Laurent, s'apprête à traverser le fleuve Saint-Laurent en kayak en compagnie d'un ami. Ariel Valade et Billy Guénette quitteront le Saguenay jeudi pour effectuer un parcours de près de 700 kilomètres jusqu'au rocher Percé, en Gaspésie. Le contexte actuel de la pandémie est loin d'avoir freiné leur soif d'aventure.

Les deux acolytes caressent ce projet depuis le printemps dernier. Leur périple devait initialement avoir lieu dans les Alpes, mais la pandémie a complètement changé leurs plans.

Le 15 octobre prochain, ils amorceront leur parcours dans le secteur de La Baie, à Saguenay. Ils descendront ensuite le fjord du Saguenay pour se rendre jusqu'aux Escoumins, sur la Côte-Nord. C'est à ce moment qu'ils amorceront la traversée du fleuve Saint-Laurent en direction de Trois-Pistoles. Ils se rendront ensuite jusqu'à la côte de la Gaspésie pour finalement accoster à proximité du rocher Percé, à Percé.

«Quand on va traverser le fleuve, on va choisir la journée parfaite où il n'y a pas trop de vents et une belle météo. S'il y a trop de vents ou que la météo ne le permet pas, on va simplement reporter au lendemain», a expliqué vendredi l'Amquien Ariel Valade, à TVA Nouvelles.

Le duo compte parcourir une trentaine de kilomètres par jour pour finaliser la traversée dans un délai approximatif de 22 jours. Leur voyage pourrait toutefois se prolonger si les conditions météorologiques leur donnent du fil à retordre. Ils doivent donc être bien préparés pour s'assurer de mener à terme leur projet de façon sécuritaire.

«Notre but est de le faire en autonomie complète. On veut partir de Saguenay et se rendre jusqu'à Percé sans aucune aide, sans ravitaillement extérieur. Quand on traverse le Saint-Laurent, il faut calculer les vents, les marées, l'eau froide et les bateaux de marchandises qui passent. On a la garde côtière qui peut nous aider et c'est vraiment avec le trafic des Escoumins qu'on va voir quelle est la bonne période pour traverser. C'est sûr qu'il y a toujours un certain risque, mais on veut les minimiser, donc s'il y a un trop gros vent, on ne se risquera pas», a poursuivi Billy Guénette, originaire des Laurentides.

Les deux jeunes hommes dans la vingtaine se sont connus dans le cadre de leur formation de guides en tourisme d'aventure. Depuis, ils ont cumulé deux ans et demi d'expérience et connaissent bien le fjord du Saguenay et le fleuve Saint-Laurent. Il s'agit toutefois de leur première traversée d'envergure.

Les kayakistes sont actuellement à Amqui, où ils s'affairent à peaufiner les derniers préparatifs de leur expédition.

«On a préparé tous nos repas et on les a fait congeler. Ça va être plus facile à préparer et moins long à faire pendant les expéditions. Pour les lunchs et déjeuners, ce seront des choses simples et sèches qui se font rapidement. On va dormir sur la berge et les plages la plupart du temps. On va arrêter dans une ou deux auberges parce que c'est des partenariats qu'on a, mais sinon, c'est vraiment en autonomie sur les côtés de la plage», a détaillé Ariel Valade.

«C'est nos vacances, on a vraiment hâte d'avoir fini notre préparation et de se lancer dans un kayak!» ont-ils dit avec fébrilité.

L'équipe de TVA Nouvelles suivra leur parcours et aura l'occasion de s'entretenir avec eux à mi-chemin, lorsqu'ils accosteront à Rimouski. Il sera possible, à ce moment, de connaître une partie de leur aventure!