/news/currentevents
Navigation

Prison à domicile pour un ex-policier pédophile

Il a commis des attouchements sexuels sur une enfant de 2 ans

GEN - ROGER LEGAULT EX-POLICIER GRC
Photo Martin Alarie Roger Legault a reçu sa peine au palais de justice de Saint-Jérôme lundi dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien policier de la GRC a écopé de près de deux ans de prison à domicile après s’être filmé pendant qu’il procédait à des attouchements sexuels sur une fillette de deux ans, il y a une vingtaine d’années.

« Je suis profondément désolé de ce qui s’est passé, j’ai honte. Je vis avec ça depuis 20 ans. Je veux faire mes excuses les plus sincères. Je regrette, même si je sais que ça ne va rien changer pour [la victime] malheureusement », a dit Roger Legault, 51 ans, la voix brisée par l’émotion au palais de justice de Saint-Jérôme.

L’ex-policier a plaidé coupable en février dernier d’avoir touché sexuellement le corps d’un enfant de moins de 14 ans et d’avoir produit du matériel de pornographie juvénile entre le 1er et le 31 décembre 2001. 

Excuses 20 ans plus tard

Lundi dernier, il s’est excusé devant la jeune victime aujourd’hui âgée de 22 ans pour ses gestes, peu avant de recevoir sa peine. 

Selon le résumé des faits, le cinquantenaire s’est filmé tandis qu’il commettait ces actes sur la fillette de deux ans. 

À l’époque, la cassette avait été trouvée par une ex-conjointe qui, après s’être confronté au pédophile, avait décidé de détruire le film. 

Ce n’est que des années plus tard qu’elle s’est décidée à porter plainte, après en avoir parlé à des proches. 

Flash-back 

Si la victime n’avait pas de souvenirs de l’événement, elle a toujours dû vivre avec des flash-back de ce qu’elle a vécu, il y a 20 ans. 

« Pendant que mes parents ont mis dans tes mains leur entière confiance, tu as profité de ma naïveté pour commettre l’irréparable. En fait, non seulement de ma naïveté, mais aussi de mon innocence [...] Tu as été assez intelligent pour ne pas laisser de marque sur mon corps », indique-t-elle dans une lettre lue à la cour. 

Une ordonnance de non-publication protège son identité. 

Puisqu’il a plaidé coupable à la première occasion et que le risque de récidive est « à son plus bas », la juge Sandra Blanchard a entériné la suggestion commune, soit une détention avec sursis de deux ans moins un jour. Roger Legault sera aussi inscrit au registre des délinquants sexuels à perpétuité. 

L’ex-policier avait été engagé pour la Gendarmerie royale du Canada en 2001. Il était enquêteur à la division de Montréal quand il a démissionné au début de 2019.

–Avec Christian Plouffe