/sports/racing
Navigation

Que ferait l’écurie Racing Point sans Sergio Pérez?

Que ferait l’écurie Racing Point sans Sergio Pérez?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il perdra injustement son volant à la fin de l’année chez Racing Point, Sergio Pérez, en vrai professionnel, ne manque pas à ses bonnes vieilles habitudes.  

• À lire aussi: Villeneuve s’interroge sur le forfait de Stroll en Allemagne

• À lire aussi: Formule 1: Lewis Hamilton égale le record de Michael Schumacher

Sa brillante quatrième place dimanche à l’occasion du Grand Prix de l’Eifel – combinée à la 8e position de son coéquipier d’un week-end, Nico Hülkenberg – permet à l’équipe dirigée par Lawrence Stroll d’occuper le troisième rang au classement des constructeurs derrière les intouchables Mercedes et Red Bull. 

Cette écurie peut-elle se passer d’un pilote aussi fiable? Poser la question, c’est y répondre. 

Racing Point, qui deviendra Aston Martin, a maintenant accumulé 120 points depuis le début de la saison, soit quatre de plus que McLaren et six de plus que Renault. 

Que ferait l’écurie Racing Point sans Sergio Pérez?
AFP

La «meilleure des... autres»

Ces équipes sont maintenant engagées dans une chaude lutte pour devenir la «meilleure des... autres». Et oubliez Ferrari, larguée au sixième échelon avec seulement 80 points. 

«Je suis un peu frustré de mon résultat, a indiqué Pérez à la fin de la course. Un podium [qui aurait été son premier depuis le 29 avril 2018 en Azerbaïdjan] était très probable si la voiture de sécurité n’était pas intervenue à une quinzaine de tours de la fin de la course. 

«Je rattrapais Daniel Ricciardo, qui roulait avec des pneus plus usés que les miens, mais les arrêts au puits de ravitaillement pendant la neutralisation ont tout changé. Je n’ai jamais été en mesure de m’approcher suffisamment de lui après la relance de l’épreuve.» 

Une chose est certaine, Racing Point doit être très heureuse de pouvoir compter sur un pilote aussi fiable qui ne commet pratiquement jamais d’erreurs. 

Une valeur sûre

Quant à Hülkenberg, nommé pilote du jour, il a lui aussi fait le travail en ralliant l’arrivée au huitième rang au circuit du Nürburgring. Pas mal pour un pilote qui, la veille, avait été appelé à occuper le baquet de Lance Stroll, indisponible en Allemagne en raison, semble-t-il, de maux d’estomac causés par une intoxication alimentaire. 

Que ferait l’écurie Racing Point sans Sergio Pérez?
AFP

«Jamais je n’aurais cru pouvoir passer de la dernière place sur la grille de départ à la huitième», s’est exclamé le pilote allemand à sa sortie de voiture. «Quelle belle histoire!»

«C’est certain que certains abandons ont amélioré mon sort, a-t-il poursuivi, mais je me suis réellement battu pendant toute la course.» 

À ses deux départs chez Racing Point cette année, Hülkenberg a terminé dans les points à chaque reprise. C’est ce qu’on appelle une valeur sûre.