/news/currentevents
Navigation

Tragédie à Wendake: «Encore des enfants victimes de santé mentale», affirme Konrad Sioui

Coup d'oeil sur cet article

Deux jeunes enfants ont été victimes de meurtre dans ce qui s’apparente à un drame familial à Wendake, près de Québec.

• À lire aussi: Tragédie à Wendake: deux jeunes enfants victimes de meurtre

La tragédie s’est déroulée dans une résidence de la rue du Chef Nicolas-Vincent, durant la nuit de samedi à dimanche.

Les deux petites victimes, deux garçons de deux et cinq ans, y ont été retrouvées sans vie.

  • Écoutez l'entrevue de Konrad Sioui avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Un homme de 30 ans s’est rendu de lui-même au Service de police de la Ville de Québec, vers 2 h du matin, dimanche.

Il doit être rencontré par les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ) qui mènent l’enquête. La SQ travaille en collaboration avec la police de Wendake.

L’homme est détenu en lien avec le double meurtre. Il a été transféré au centre hospitalier pour une évaluation.

«Pour le moment, on est prudent avec les liens (entre l’homme et les victimes). Il pourrait s’agir d’un drame familial, mais on travaille avec prudence», a fait savoir Ann Mathieu, porte-parole de la SQ.

«Outre le fait que l’on confirme le décès, on n’élaborera pas sur les causes et circonstances du décès. L’autopsie aussi viendra corroborer certaines informations», a précisé Ann Mathieu.

L’identité judiciaire s'est rendue sur place afin d’expertiser la scène de crime. Les dépouilles des petites victimes ont, elles, été sorties de la résidence en début d'après-midi.

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, et le premier ministre ont offert leurs condoléances sur Twitter.

«C'est tout le Québec qui est bouleversé par ce drame sans nom», a écrit François Legault.

Une communauté sous le choc

Plusieurs familles sont venues partager la peine de la famille en déposant toutous et messages de soutien.

«C’est un terrible choc, on est bouleversé. On ne peut pas s’imaginer qu’encore une fois des enfants sont victimes de (problèmes) de santé mentale», s’est désolé pour sa part Konrad Sioui, chef de la nation huronne-wendat en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Sioui est d’autant plus touché que samedi était la Journée mondiale de la santé mentale.

«Ce n’est pas juste la nation ici, c’est toutes les nations. Le Québec au complet et le monde entier. C’est ça la santé mentale, on peut en arriver à des situations comme ça où on porte atteinte à nos propres enfants», a-t-il exprimé.

Toute la petite communauté de Wendake, qui compte quelques milliers d’habitants, sera sans doute secouée par la tragédie.

«Tenons bon. Il faut s’entraider, se souder les coudes. Avec nos équipes des services sociaux, de santé, de sécurité publique, on va se mettre ensemble pour régler ces problèmes et voir comment on peut améliorer ces situations-là», a ajouté Konrad Sioui.

Le chef parle de la réserve de Wendake comme d’un lieu accueillant.

«La nation huronne-wendat a toujours été une nation d’accueil. Il y a des familles d’autres nations qui vivent avec nous, des familles québécoises. Peu importe que l’on arrive du nord ou du sud, c’est notre monde, on en prend soin», a insisté Konrad Sioui.