/news/coronavirus
Navigation

Jusqu’à 3,4 G$ de revenus en moins pour les universités canadiennes

Coup d'oeil sur cet article

Les universités canadiennes pourraient perdre jusqu’à 3,4 G$ au cours de l’année universitaire 2020-2021 en raison de la pandémie, a révélé Statistique Canada. 

D’après un rapport publié le 8 octobre dernier par Statistique Canada, l’examen de différents scénarios a montré que la perte des universités s’établirait entre 377 M$ et 3,4 G$, soit de 0,8% à 7,5% de leurs revenus.

Pour l’organisme, cette baisse de financement s’expliquerait principalement par «l’incertitude entourant l’inscription des étudiants internationaux».

Les droits de scolarité constituent l’une des sources principales de revenus des universités et ont représenté 29,4% du financement pendant l’année scolaire 2018-2019.

Et la majorité de ces droits de scolarité sont financés par les étudiants internationaux: en 2017-2018, ces derniers ont payé près de 40% de ces frais.

Cependant, d’après les données sur les permis d’étude récoltées auprès d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, le nombre de permis d’études délivrés a chuté de 58%, entre juin et août 2020, par rapport à l’année précédente.

Et sur ces permis d’étude donnés aux étudiants étrangers, près d’un tiers ne seront plus valides d’ici janvier 2021.

Les étudiants canadiens sont aussi moins présents sur les bancs universitaires cet automne. Selon l’Enquête sur la population active, près de 20% des étudiants de 17 à 24 ans inscrits à temps plein en mars dernier ont déclaré qu’ils ne retourneraient pas à l’université cette session.

Selon Statistique Canada, certains établissements universitaires ont annoncé des plans de réduction de leurs coûts de fonctionnement pour faire face à cette perte de revenus.