/sports/hockey
Navigation

Alexis Lafrenière ne retournera pas à Rimouski

Le Québécois signe son premier contrat professionnel avec les Rangers

Alexis Lafrenière
Capture d’écran tirée du compte Twitter des Rangers de New York Six jours après avoir été repêché par les Rangers, Alexis Lafrenière a signé son premier contrat professionnel lundi.

Coup d'oeil sur cet article

On s’y attendait, mais le directeur général des Rangers de New York Jeff Gorton l’a confirmé : Alexis Lafrenière ne retournera pas avec l’Océanic de Rimouski.

Les « Blueshirts » se sont entendus lundi avec celui qu’ils ont sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LNH sur les modalités d’un contrat d’entrée de trois saisons au maximum prévu par la convention collective de la LNH. Il touchera un salaire de base de 925 000 $ auxquels seront rattachés des bonis à la signature pouvant atteindre 2,85 M$ supplémentaires.

Même s’il n’y a pas toujours de date claire quant au début de la prochaine saison – Gary Bettman a récemment mentionné que la LNH vise le 1er janvier – Gorton a assuré que les plans de l’équipe sont de voir l’ailier gauche québécois dans la LNH dès la reprise des activités.

« On a pris la décision qu’il ne retournerait pas à Rimouski. On va l’amener ici dès qu’on le pourra et on veut qu’il s’entraîne ici et qu’il se prépare pour le camp d’entraînement. », a mentionné le directeur général, qui espère pouvoir amener Lafrenière en sol new-yorkais d’ici le début de novembre.

Autres scénarios

Qu’il ne retourne pas dans la LHJMQ est une chose. Toutefois, il y a déjà plus de sept mois qui se sont écoulés depuis que Lafrenière a mis les patins pour la dernière fois dans le cadre d’un match.

Les Rangers n’ont pas caché qu’ils étudient d’autres possibilités, dont celle de l’envoyer au championnat mondial de hockey junior prévu à huis clos et dans une bulle, du 26 décembre au 5 janvier, à Edmonton.

« On a discuté de ces scénarios. Pour le moment, on se concentre à l’amener ici le plus rapidement possible afin qu’il commence à s’entraîner avec nous. Pour le reste, on prendra des décisions en temps et lieu, que ce soit pour le championnat du monde junior ou les autres scénarios », a révélé Gorton.

Si le début de la saison devait être repoussé davantage, l’avenue de l’Europe pourrait être intéressante pour Alexis Lafrenière, qui a joué son dernier match le 8 mars contre les Cataractes de Shawinigan. Dans ce cas, toutefois, il faudrait que les Rangers négocient la libération de Lafrenière avec la LHJMQ afin de se conformer à la clause C.1 (a) de l’entente entre la LNH et la Ligue canadienne de hockey (LCH) qui stipule qu’un joueur de 18 ou 19 ans, repêché alors qu’il évoluait dans la LCH et dont les services ne sont pas retenus par une équipe de la LNH, doit obligatoirement être renvoyé à son équipe junior.

Chez Davidson ?

En entrevue après le repêchage, Lafrenière a révélé n’avoir jamais mis les pieds dans la Grosse Pomme. Il s’agira de toute une première pour lui, et les Rangers sont déjà à pied d’œuvre afin de faciliter au possible son arrivée à New York.

« Comme on a fait avec Kakko et Chytil et d’autres dans le passé, on va trouver le meilleur scénario pour lui, a expliqué Gorton. Il y a déjà plusieurs personnes qui se sont offertes. On en a parlé à son agente et on va lui trouver le meilleur endroit possible.

« S’il veut, il peut venir vivre chez nous », a quant à lui mentionné le président des Blueshirts, John Davidson.

Lafrenière portera le no 13 avec les Rangers puisque le 11 de Mark Messier a été hissé au plafond du Madison Square Garden.