/sports/football
Navigation

Belichick en mode adaptation

Belichick en mode adaptation
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour un amoureux de la préparation comme Bill Belichick, la dernière semaine aurait pu être très frustrante. 

Après que d’autres cas de COVID-19 eurent été recensés parmi ses joueurs, l’entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a vu son match de la semaine reporté à deux reprises.

Un duel contre les Broncos de Denver était initialement prévu dimanche dernier. Il a d’abord été reprogrammé pour lundi soir, mais a finalement été reporté à dimanche prochain.

Malgré cela, Belichick garde la tête froide. Le pilote a décidé de se concentrer uniquement sur les choses qu’il peut contrôler.

«Je pense et je suis sûr que la ligue a fait de son mieux pour que l’horaire fonctionne, que tout le monde joue ses matchs, qu’il y ait le moins de perturbation possible et que les équipes impliquées ne soient pas trop affectées. Elle a pris une décision en fonction de nombreux facteurs, dont plusieurs que je ne connais pas. Je pense qu’elle fait un bon boulot en essayant, dans notre cas, d’évaluer la situation ici. Peu importe les décisions concernant l’horaire, nous n’en avons pas le contrôle», a-t-il dit lors de sa conférence de mardi et après s’être fait demander si ses joueurs et son organisation avaient eu un mot à dire dans ce report.

Plus compliqué

Il n’y a cependant pas seulement le changement d’horaire qui force Belichick à changer ses manières de faire en 2020.

En effet, les protocoles de la NFL forcent les clubs à s’entraîner en plus petits groupes. Belichick, qui est habitué de toucher à tout, ne peut plus le faire.

«L'inconvénient est qu'il y a un peu moins de communication globale et de compréhension totale de tout ce qui se passe, a-t-il indiqué par rapport à cette situation. Nous n’entendons pas ce que les autres instructeurs disent aux joueurs à côté de nous, devant nous ou derrière nous. Nous ne savons pas ce qu’ils font et ce qui relie tout ça. Je dois compter sur mes entraîneurs de position et ils font du bon travail.»

Belichick a donc mis en place un nouveau système, mais il n’est pas encore convaincu entièrement de son efficacité.

«Peut-être que nous avons la bonne combinaison, peut-être pas, mais c'est quelque chose dont nous sommes conscients et nous voulons essayer d'utiliser notre temps aussi efficacement que possible pour tout couvrir», a-t-il affirmé.

Une chose est sûre, l’entraîneur de renom n’a pas dû être mécontent quand il a appris qu’il n’y avait aucun cas positif à la COVID-19 parmi sa troupe mardi matin.