/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le Saguenay–Lac-Saint-Jean vire à l'orange

Coup d'oeil sur cet article

L'augmentation du nombre de cas de coronavirus au Saguenay–Lac-Saint-Jean a incité les autorités de la santé à modifier le palier d'alerte, mardi, le faisant passer de jaune à orange.

• À lire aussi: De nouvelles régions en zone rouge dès vendredi

Les autorités de la santé surveillent de près le secteur d'Alma au Lac-Saint-Jean où d'importantes éclosions sont en cours.

C'est le cas au CHSLD Isidore-Gauthier, où 16 des 34 résidents ont reçu un diagnostic de COVID-19. Onze des 70 employés sont aussi infectés.

Des élèves de secondaire 4 qui fréquentent le Pavillon Wilbrod-Dufour, également à Alma, ont aussi reçu des résultats positifs au cours de la fin de semaine.

Le Centre de services scolaires Lac-St-Jean a également confirmé mardi matin qu'un élève de l'école primaire Saint-Pierre, toujours dans le secteur d'Alma, a contracté le virus.

La situation est particulièrement préoccupante à l'hôpital d'Alma. L'éclosion est à l'origine de la contamination d'une quinzaine de travailleurs, d'un médecin et de neuf usagers.

C'est notamment le cas d'un homme de 88 ans qui séjournait à l'hôpital d'Alma pour y subir une chirurgie. Ses enfants, qui s'occupaient de lui, ont appris vendredi qu'il avait été hospitalisé à l'hôpital de Chicoutimi pour recevoir des soins plus appropriés à sa condition.

«Ce qui est le plus déplorable c'est de voir qu'il a contracté ça à l'hôpital, a confié son fils, Régis Desbiens. Ça devrait être là qu'il y a les meilleures précautions pour éviter que ça se propage, mais ç'a l'air que ce n'est pas le cas. Si c'est rendu à l'hôpital, ça veut dire que c'est parti de quelque part et que les précautions n'ont pas été prises, sinon ce ne serait jamais arrivé.»

M. Desbiens et tous les membres de sa famille doivent maintenant subir le test de dépistage.

S'il est déclaré positif, il craint les impacts sur son entreprise.

«J'ai une entreprise familiale, précise-t-il. Une entreprise de services où l'on accueille de nombreux clients. On a encore modifié nos procédures mardi matin, mais est-ce que ce sera suffisant», s'est interrogé M. Desbiens qui s'inquiète aussi pour la santé de son père.

«Il est en panique, a-t-il expliqué. Il ne comprend pas pourquoi on l'a changé d'hôpital et pourquoi on ne peut plus aller le visiter. On a des nouvelles de lui une seule fois par jour, au téléphone.»

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com