/sports/others
Navigation

Dix fois le tour de la terre à vélo pour un septuagénaire

Dix fois le tour de la terre à vélo pour un septuagénaire
Frédéric Marcoux / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Confinement ou non, rien n’empêche un septuagénaire de Plessisville de se rapprocher de son rêve de parcourir 400 000 km à vélo durant sa retraite. C’est presque l’équivalent de dix fois la circonférence de la Terre. 

Alors que plusieurs aînés ont été isolés au cours des derniers mois, Aurèle Croteau n’a pas laissé la COVID-19 dicter son quotidien. Chaque jour depuis sa retraite du milieu de l’éducation en 1998, le résident de Plessisville, maintenant âgé de 78 ans, monte sur son vélo pour se promener dans les municipalités avoisinantes. Il a déjà parcouru plus de 360 000 km en un peu plus de 20 ans.

«À l’âge de 50 ans, lorsque j’ai commencé à travailler comme directeur d’école, été comme hiver, j’ai décidé d’y aller à vélo, raconte le principal intéressé. C’est comme ça que tout a commencé. Au début, les élèves trouvaient ça drôle de me voir aller quand il faisait froid. C’était parfois difficile de me motiver, mais je le faisais quand même.»

Pour se garder occupé après sa carrière, Aurèle Croteau a décidé de continuer sa passion. Le cycliste compte désormais sur quatre vélos qui lui permettent de s’adapter aux différentes conditions. Il souligne que ce moyen de transport lui coûte seulement 800$ annuellement. Si bien qu’il a fini par délaisser quelque peu son véhicule automobile. À titre indicatif, le septuagénaire a déjà parcouru plus de 16 000 km à vélo depuis le début de l’année 2020, soit 3000 km de plus que sa moyenne annuelle en automobile.

Sur le plan personnel, les bienfaits ne se sont pas fait attendre. Depuis sa retraite, il a perdu 60 lb grâce à son mode de vie. Il a toutefois craint pour ses bonnes habitudes en mars dernier, au début du confinement, en raison des contraintes pour les aînés.

«Le gouvernement ne voulait pas que les aînés sortent, mais ça ne m’a pas empêché de me promener, souligne-t-il fièrement. Je me suis dit que lorsque je circule en campagne, je ne croise pas personne. J’ai trouvé que les derniers mois ont été plus faciles à vivre pour moi, si je me compare aux autres. Même la pandémie ne m’arrête pas! Il y a des gens dans ma rue qui ne sortent pas du tout, c’est dommage.»

S’il continue à pédaler sur une distance de près de 20 000 km annuellement, Aurèle Croteau estime qu’il atteindra son objectif de 400 000 km dans un peu plus de deux ans.

«À ce rythme, je vais attendre mon but à l’âge de 81 ans, lance-t-il avec optimisme. Tant que la santé me le permettra, je vais continuer de faire du vélo. Lorsque j’aurai réalisé mon rêve, je prévois m’acheter un vélo électrique. Je me dis que je vais avoir fait ma part.»