/news/society
Navigation

Un autochtone décède à l'hôpital après une plainte pour des propos racistes

Un autochtone décède à l'hôpital après une plainte pour des propos racistes
Photo d'archives, Roger Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

Un Autochtone qui avait porté plainte la semaine dernière pour des propos racistes qui auraient été tenus à son endroit à l'Hôpital de Chicoutimi est décédé en fin de semaine alors qu'il y était hospitalisé.

La famille de Georges-Hervé Awashish a demandé une autopsie pour connaître les causes du décès.

«C'est important pour nous, pour la famille», a dit Maylene Weizineau, une cousine du défunt. «On veut savoir pourquoi il est parti si vite.»

Georges-Hervé Awashish, un homme de 53 ans d'Obedjiwan, avait adressé sa plainte aux autorités de la santé la semaine dernière. Il soutenait avoir entendu des propos racistes à son endroit qui auraient été prononcés par le personnel infirmier à la fin du mois de septembre, quelques jours à peine après le décès de Joyce Echaquan à Joliette.

Le CIUSSS a déclenché une enquête interne et en a commandé une deuxième, indépendante, auprès d'une firme privée. Les résultats sont attendus prochainement.

«On sait que ce genre d'enquête n'est pas simple», a souligné la directrice du Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean, Mélanie Boivin. «C'est la parole d'une personne sous médication, qui a pu être victime d'un délire. C'est pourquoi ce genre de plainte est souvent rejeté.»

Les circonstances dans lesquelles la famille a appris le décès ont temporairement fait grandir sa méfiance.

Dimanche matin, le fils de M. Awashish a été prié de se rendre d'urgence à l'hôpital. Il était accompagné de Mélanie Boivin. Or, le garde de sécurité les a accueillis en exprimant ses sympathies. Le personnel médical s'est excusé en parlant d'une erreur. Les proches du défunt ont interprété que le personnel s'excusait pour une erreur médicale.

«Il y a eu confusion, et avec tout ce qui s'était passé les semaines précédentes...», a expliqué madame Boivin. «C'est quand on s'est parlé en après-midi que le malentendu a été réglé.»

L'administration régionale de la santé n'a pas répondu à la demande d'entrevue de TVA Nouvelles. Mélanie Boivin pense que M. Awashish est possiblement décédé d'un arrêt cardiaque.