/news/politics
Navigation

«Aucun regret» pour Guy Nantel

«La course a été gagnante pour moi»

SPE-GALA-JUSTE-POUR-RIRE
Photo d'archives, Agence QMI Guy Nantel

Coup d'oeil sur cet article

Malgré sa défaite, l'humoriste Guy Nantel ne regrette pas sa participation dans la course à la chefferie du PQ et s'estime «gagnant».

• À lire aussi: Paul St-Pierre Plamondon élu chef du Parti québécois

«J'allais là pour donner un peu de lumière sur la campagne [...] et remettre sur la table la seule notion essentielle à ce parti-là, pour moi c’est de parler de souveraineté. [...] Donc, pour moi, j'ai fait exactement ce que j’ai voulu faire», a tranché celui qui a terminé troisième dans une course à quatre, vendredi dernier. 

Selon lui, les enjeux qu’il a soulevés ont eu davantage d'écho dans le public. 

«Moi, je n'ai pas fait une campagne pour séduire les militants. J'ai vraiment fait une campagne pour parler aux Québécois au sens très large», a soutenu l’humoriste au micro de Sophie Durocher, mercredi, à QUB radio.

Refusant de remettre en question sa stratégie, il a rappelé que, dans les sondages auprès de la population, il obtenait «des bons scores», alors que, chez les militants, il «avait de la misère à obtenir 20%». 

Malgré tout, il a avoué avoir «trouvé ça dur» de se «faire haïr» par des gens de son «propre parti».

Dès le départ, M. Nantel s'était fait accuser d'opportunisme et de s'être lancé dans la course pour se faire connaître. Or l'humoriste trouve cette proposition ridicule.

Les accusations de certains militants du PQ ont persisté tout au long de la course. 

«Ce sont des idiots», a lâché Guy Nantel. «Ce qui est encore plus fou, dans une course à la chefferie, c'est que tu te fais haïr par des gens de ton propre parti.»

Surpris et déçu

Au terme d’une course qui a duré neuf mois, Guy Nantel s’est dit déçu de ne pas avoir été contacté par le vainqueur, Paul St-Pierre Plamondon.

«Paul ne m’a pas appelé [...] Moi, c’est un des premiers gestes que j’aurais posés, d’appeler les trois autres», a-t-il avoué en jetant un sérieux doute sur la poursuite de son implication dans le PQ. 

«Il ne faut pas oublier que, sur trois tours de scrutin, il y a 77% des militants qui n’ont pas mis mon nom nulle part», a-t-il conclu.   

  • Écoutez Guy Nantel sur QUB radio: