/sports/golf
Navigation

Brooks Koepka revient de loin

Brooks Koepka revient de loin
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir raté deux mois d’activités en raison de blessures au genou et à la hanche, Brooks Koepka effectuera son retour sur le circuit de la PGA cette fin de semaine à la Coupe CJ, disputée au club Shadow Creek de Las Vegas. 

L’Américain de 30 ans, déjà nommé deux fois joueur de l’année sur le circuit, n’a pas lésiné sur les moyens pour pouvoir reprendre la compétition cet automne.

En entrevue au site officiel de la PGA, Koepka a révélé avoir une fois de plus recouru à des injections de cellules souches pour favoriser la guérison de son genou gauche, dont le tendon rotulien était partiellement déchiré. Il avait eu recours à ce type de traitement en 2019, pour la même blessure.

Il a également eu des injections de cortisone à la hanche gauche après avoir subi une déchirure partielle du labrum lors du Championnat de la PGA.

Koepka a joué six tournois dans la douleur avant de finalement se retirer des éliminatoires de la Coupe FedEx et ensuite de l’Omnium des États-Unis. Ses blessures l’ont toutefois empêché de bien performer sur les verts cette saison, lui qui n’a enregistré que deux top 10 et qui a reculé du premier au 11e rang mondial.

«C’est la seule raison pour laquelle j’ai tellement mal joué», a lancé Koepka, qui assure se sentir aujourd’hui «un million de fois mieux».

«Je ne savais pas à quel point je me sentais mal jusqu’à ce que je finisse par aller mieux. C’est bien d’être de retour», a-t-il lancé.

«Au tournoi Memorial (en juillet), j’étais à mon pire et au Championnat de la PGA, je ne me sentais pas bien. Par la suite, ça a progressivement empiré. J’ai eu d’autres injections il y a trois semaines dans mon genou et ensuite dans la hanche, à Boston, a-t-il expliqué. J’ai passé tout le dernier mois à faire de la rééducation chaque jour à San Diego et à essayer de prendre du mieux.»

Bien qu’il n’ait recommencé à frapper des balles qu’il y a une dizaine de jours, il n’a déjà qu’une idée en tête.

«Gagner, c’est le but. Je sais que physiquement je serai en mesure de marcher pendant quatre rondes et que ça ne me causera pas de problème. À partir de là, l’idée est juste de jouer et de gagner.»