/entertainment/music
Navigation

«J’ai envie de faire du bien aux gens»

Après avoir combattu deux cancers, Lulu Hughes prépare son retour sur disque

Lulu Hughes
Photo courtoisie, Laurence Labat Lulu Hughes a changé sa façon de voir la vie depuis qu’elle a combattu deux cancers.

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne reprocherait à Lulu Hughes d’être découragée parce qu’elle se retrouve sans contrat pendant le confinement. Surtout après avoir combattu deux cancers. Ce serait bien mal connaître celle qui préfère voir le verre à moitié plein.

Quelques jours après avoir affiché son positivisme en mettant en ligne une reprise de What a Wonderful World, dans un surprenant duo avec Maka Kotto, la rockeuse de 53 ans a profité d’une entrevue qu’elle a accordée au Journal pour en remettre : malgré la COVID-19, la vie est belle et nous sommes chanceux de vivre ça au Québec.

« Je suis contente d’être en vie, d’être encore là. Je n’ai pas envie de mourir ou d’être dans un autre pays », s’exclame-t‐elle, la voix enjouée.

« C’est une belle vie, la planète est belle. Je sais que ç’a l’air bien positif, bien cucul ce que je te dis. Crois-moi, j’en pense chaque mot. Mon but avec What a Wonderful World, c’est de faire du bien aux gens, qu’ils oublient un peu la misère qui leur est demandée. »

Le mot clef : acceptation

De son propre aveu, Lulu Hughes, qui est en rémission d’un cancer de l’utérus depuis le mois de mai après avoir aussi vaincu un cancer du sein qui s’est déclaré en 2016, n’a pas toujours été du genre à répondre aux défis de la vie avec un sourire.

« Avant, j’étais beaucoup plus négative, plus lourde et dans l’anticipation de quelque chose d’autre. Je ne savourais pas grand-chose. La plus grosse leçon que j’ai eue dans toute cette histoire, c’est l’acceptation. On n’a pas le choix d’accepter ce qui se passe. On. N’a. Pas. Le. Choix », insiste-t-elle en pesant sur chaque mot.

Ses deux épisodes contre le crabe lui permettent de passer à travers la pandémie avec sérénité, même si son téléphone ne sonne plus du tout.

« Ça fait quatre ans que je dois mettre un masque et me tenir loin de tout le monde. J’étais en chimiothérapie et je devais faire attention pour ne rien attraper. J’ai dû annuler beaucoup de spectacles. Maintenant, c’est comme si tout le monde vit ce que j’ai vécu depuis quatre ans », observe Lulu Hughes avec un certain amusement.

Un album en 2021

Sans spectacle à son agenda, la chanteuse consacre son temps à la préparation de son prochain album, attendu en 2021, avec l’aide d’Antoine Gratton.

Encore là, les turbulences des dernières années vont se faire sentir dans ses nouvelles chansons, assure Lulu Hughes.

« What a Wonderful World était une belle prémisse. Je suis une rockeuse et j’aime ça, le rock, mais disons que je ne suis plus fâchée comme je l’ai déjà été. Je n’ai pas envie d’envoyer chier le monde. J’ai plutôt envie de faire du bien aux gens. Je te jure. Avant, j’avais envie de leur donner des coups de pied dans le cul et leur dire : réveillez-vous ! Là, ils vont se réveiller quand ça va individuellement leur tenter », conclut-elle.