/sports/hockey/canadiens
Navigation

Une option plus alléchante pour le Kraken

Jake Allen signe une prolongation de contrat de deux ans

HKN-HKO-SPO-2019-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-SEVEN
Photo d'archives, AFP Jake Allen a accepté une diminution de salaire de 1,475 M$ pour épauler Carey Price jusqu’en 2023.

Coup d'oeil sur cet article

Jake Allen n’a pas encore disputé un seul match dans l’uniforme du Canadien. Pourtant, il semble faire suffisamment l’affaire pour que Marc Bergevin lui consente déjà une prolongation de contrat de deux ans.

• À lire aussi: Le CH doit s’entendre avec Brendan Gallagher

• À lire aussi: Le Canadien a de belles cartes en main

L’entente, qui sera valide pour les campagnes 2021-2022 et 2022-2023, assurera au portier originaire de Fredericton un salaire annuel moyen de 2,875 M$. 

Pour demeurer avec le Canadien, Allen a donc accepté une diminution de salaire de 1,475 M$, comparativement aux 4,35 M$ qu’il a touchés à chacune des trois dernières campagnes et qu’il encaissera de nouveau lors de la prochaine saison.  

  • ÉCOUTEZ la chronique sportive avec Jean-François Baril à QUB Radio:   

Voilà qui s’inscrit exactement dans la philosophie que prônait, mercredi, le directeur général du Canadien. En raison du mince espace entre la masse salariale de l’équipe et le plafond de 81,5 M$ fixé par les instances du circuit, Bergevin avait indiqué que les joueurs qui allaient recevoir une offre pour les prochaines campagnes, et qui souhaitent rester avec l’équipe, « auraient des décisions à prendre ».

Un message s’adressant à la longue liste de joueurs qui deviendront autonomes sans compensation au terme de la prochaine campagne. Liste qui inclut Brendan Gallagher, Phillip Danault, Tomas Tatar et Joel Armia, et sur laquelle se trouvait également le nom d’Allen.

Le gardien de 30 ans a fait la preuve qu’il souhaite épauler Carey Price durant deux hivers supplémentaires. Toutefois, le désir est-il tout aussi réciproque ?

En mettant Allen sous contrat pour deux autres saisons, Bergevin le rend admissible à être sélectionné au repêchage d’expansion du Kraken de Seattle, prévu pour juin 2021. 

Comme ce fut le cas pour les Golden Knights en 2017, le Kraken aura le loisir de piger dans chaque formation (sauf Vegas) un joueur laissé disponible.

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Dans la vitrine

Pour la disponibilité des joueurs, encore une fois, les mêmes règles s’appliquent. Ainsi, pour les gardiens, chaque équipe doit rendre disponible un gardien qui est sous contrat pour la saison 2021-2022 ou qui deviendra joueur autonome avec restriction au terme de cette même saison 2021-2022.

Dans l’organisation montréalaise, trois gardiens répondaient déjà à ces critères : Carey Price, Cayden Primeau et Michael McNiven. 

Sauf que Price sera automatiquement protégé par sa clause de non-mouvement (on s’entend que le CH l’aurait protégé même sans ce détail). Quant à Primeau, il n’aura pas à être protégé puisqu’il s’inscrit dans la catégorie « joueur de première ou de deuxième année », automatiquement exempté du repêchage. 

Ne restait que McNiven. Mince option pour le Kraken qui, on peut le comprendre, aurait plutôt volé au Canadien un attaquant ou un défenseur.

Avec Allen affiché dans la vitrine, Bergevin offre à la concession de Seattle une option plus alléchante, augmentant du même coup ses chances de garder tous ses patineurs.

À VOIR AUSSI :