/news/currentevents
Navigation

L’éditeur Michel Brûlé coupable

L’homme a agressé sexuellement une femme en 2014

Coup d'oeil sur cet article

Parce que sa version de l’histoire était en partie « invraisemblable » et qu’il ne s’est jamais soucié d’obtenir le consentement de sa victime pour poser sur elle des gestes à caractère sexuel, l’éditeur Michel Brûlé a été reconnu coupable d’agression sexuelle.

Michel Brûlé, ici lors d’une présence au palais de justice de Québec le 24 février, a commis des gestes à caractère sexuel sur une femme qui avait finalement réussi à prendre la fuite, complètement paniquée, a rappelé le juge mercredi.
Photo d'archives, Jean-Francois Desgagnés
Michel Brûlé, ici lors d’une présence au palais de justice de Québec le 24 février, a commis des gestes à caractère sexuel sur une femme qui avait finalement réussi à prendre la fuite, complètement paniquée, a rappelé le juge mercredi.

C’est à travers un écran, ayant fait le choix de demeurer chez lui pour entendre le jugement du juge Sébastien Proulx, que Brûlé a compris que la version de l’histoire qu’il a offerte au tribunal en février 2020, lors de son procès, n’a pas été crue.        

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Dans la salle, la victime de Brûlé prenait place au côté de l’un des enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec qui l’a accompagnée lorsqu’elle a décidé de porter plainte dans la foulée du mouvement #MoiAussi, après avoir pris conscience de la gravité des gestes qui avaient été commis à son endroit.

« Le soir de sa rencontre avec l’accusé, la plaignante cherchait un partenaire d’affaires sérieux et non une aventure d’un soir », a d’ailleurs rappelé le président du tribunal. 

Paralysée de terreur

Rappelons qu’en 2014, la victime était pleine de projets d’écriture lorsqu’elle a contacté l’éditeur à la tête de la maison d’édition Les Intouchables. 

Après avoir échangé quelques courriels, un rendez-vous a été fixé dans les bureaux de la maison d’édition.

Toutefois, lorsque la jeune femme est arrivée à l’adresse indiquée, elle a compris que ceux-ci se trouvaient dans la résidence privée de l’éditeur. 

  • Nicole Gibeault, juge à la retraite, revient sur le dossier à QUB Radio:   

Après plusieurs minutes, Brûlé est monté à l’étage « se brosser les dents, se raser la barbe et se raser le crâne ». C’est alors qu’il a invité la femme à prendre une douche, ce qu’elle a refusé. 

« Elle est figée. Elle veut quitter l’endroit, mais en est incapable. L’accusé s’approche d’elle, déboutonne sa chemise, l’embrasse, lui touche les seins, les fesses, le pubis », a rappelé le magistrat en ajoutant que la victime avait finalement réussi à prendre la fuite, complètement paniquée.

« Il ne subsiste donc aucun doute raisonnable dans l’esprit du tribunal, qui déclare l’accusé coupable », a conclu le juge Proulx. 

Jugement en appel ?

À la suite du jugement prononcé, l’avocat de Brûlé, Me Laurent Morin, a demandé qu’un rapport présentenciel soit produit pour éclairer le juge lors des représentations sur la peine, qui devraient avoir lieu en janvier. 

Au sortir de la salle, il a également fait savoir que la décision rendue allait être analysée en profondeur et qu’il n’excluait pas de la porter en appel. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.