/misc
Navigation

À New York, les hassidiques pro-Trump dans la rue

À New York, les hassidiques pro-Trump dans la rue
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Boisbriand, Outremont, Brooklyn, Queens, Israël: les hassidiques refusent de se soumettre aux lois destinées à lutter contre la pandémie.

Défiant les autorités sanitaires, plus de 1000 juifs ultra-orthodoxes de Boisbriand ont participé samedi à un rassemblement religieux qui s’est soldé par de multiples constats d’infraction et une arrestation. Certains des participants étrangers seraient de New York.

Outremont, un des plus petits arrondissements de Montréal, avec une importante communauté hassidique, a le plus grand nombre de cas de coronavirus par 100 000 habitants. L'un des leaders de la communauté assure que les intégristes juifs outremontais respectent les règles anticoronavirus. Pourtant, lundi, des policiers ont dispersé un rassemblement d’une centaine de juifs ultra-orthodoxes dans une synagogue d’Outremont sans remettre de constat d’infraction. Pourquoi?

La Ville et l’État de New York, avec une population juive ultra-orthodoxe beaucoup plus importante que celle du Québec, font face aux mêmes difficultés avec cette communauté refermée sur elle-même pour qui l’autorité des rabbins a primauté sur l’autorité de l’État.

Pour entraver le développement d’une seconde vague de COVID-19, les autorités new-yorkaises ont imposé de strictes règles de confinement dans les quartiers juifs orthodoxes. La mesure a provoqué de violentes manifestations hassidiques... pro-Trump.

Le principal instigateur de ces manifestations, Heshy Tischler, vient d’être arrêté et inculpé d'incitation à l'émeute et de détention illégale en rapport avec l'agression contre le journaliste Jacob Kornbluh. Les hassidiques lui reprochent ses exposés sur leur non-respect des directives sanitaires, qui, selon eux, ont incité les autorités à décréter les nouvelles restrictions.

Kornbluh, un juif orthodoxe, a été «brutalement agressé, frappé à la tête et roué de coups de pied» par quelque 300 juifs hassidiques lors d'une manifestation à Brooklyn. La foule l'a traité de «nazi», d'«Hitler» et de «moyser», terme yiddish pour parler d’un mouchard, d’un juif accusé de dénoncer ses coreligionnaires aux autorités. 

Les manifestants juifs orthodoxes, en costume traditionnel, portant d'énormes bannières bleues «Trump 2020», ont brûlé des masques et accusé le maire Bill de Blasio et le gouverneur Andrew Cuomo, des démocrates, d’avoir fait d’eux les boucs émissaires pour le récent pic d'infections à la COVID-19.

L’agitateur Tischler a déclaré que le fait que Trump ait guéri de la COVID-19 l'avait inspiré à protester contre les nouvelles restrictions. S’adressant aux manifestants, Tischler, qui a appelé le maire de New York «Adolf de Blasio», s’est écrié: «Nous allons riposter. C'est notre ville, nos quartiers, notre pays.»

Tischler, un juif non hassidique pro-Trump qui a purgé une peine de prison pour fraude à l'immigration, espère obtenir leur vote pour le poste de conseiller municipal qu’il convoite. Il affirme que les juifs orthodoxes sont visés par le gouverneur Cuomo à cause de leur soutien au président Trump.

Les quartiers de Brooklyn et de Queens, ainsi que des villages de l'État de New York qui ont une importante population ultra-orthodoxe, sont durement touchés par la seconde vague de la pandémie. Avec 2,8% de la population de l’État, ils ont 17,6% de tous les cas confirmés de COVID-19.

La localité ultra-orthodoxe de Kiryas Joel, (un peu le Boisbriand américain), qui compte quelque 25 000 habitants et une quarantaine de synagogues, a un taux de contamination au coronavirus de près de 30%, le plus élevé de l’ensemble des États-Unis. 

Ces événements m’ont fait penser aux déclarations récentes du président Emmanuel Macron dénonçant ce qu’il appelle le «séparatisme islamiste», la ghettoïsation de quartiers, où des populations se concentrent en fonction de leurs origines et de leur religion. 

Que se passerait-il si les musulmans intégristes exigeaient les mêmes exemptions et les mêmes tolérances que celles qui sont consenties aux juifs orthodoxes? Il me semble que le multiculturalisme trudeauiste, embrassé par la gauche québécoise, appelle une telle supplique. Ne devrait-on pas traiter avec le même respect les prescriptions des imams et du Coran et celles des rabbins et de la Torah?