/news/coronavirus
Navigation

Conseil canadien du commerce de détail: les propriétaires immobiliers doivent serrer la vis

Coup d'oeil sur cet article

Craignant la fermeture à nouveau des centres commerciaux si les mesures sanitaires ne sont pas respectées, le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) demande aux propriétaires d’immeubles de serrer la vis et d’appliquer à la lettre les recommandations de la Santé publique.

• À lire aussi: Lehouillier croit qu’on devrait rouvrir les restaurants

• À lire aussi: COVID-19: plus de 191 000 infections d’un océan à l’autre

«La fin de semaine de l’Action de grâce a démontré que les mesures de contrôle sanitaire mises en place par certains propriétaires de centre commercial sont nettement insuffisantes», note le président, Marc Fortin. 

Le CCCD refuse de nommer des bailleurs fautifs. La direction confirme toutefois avoir récemment constaté un manque d’encadrement de la clientèle dans plusieurs établissements commerciaux du Québec. Et certains d’entre eux sont situés dans des zones rouges. 

Le CCCD invite les propriétaires à bonifier les mesures permettant de contrôler davantage l’achalandage aux portes des commerces, notamment avec l’utilisation d’agents de sécurité, et de trouver des solutions pour limiter le flânage dans les aires communes.  

«Outre les questions de santé publique, la survie commerciale de plusieurs de leurs locataires serait compromise en cas de fermeture», a prévenu M. Fortin dans un communiqué publié en début de semaine. 

Le CCCD, qui assure ne pas avoir eu vent du fait que le gouvernement pourrait fermer les centres commerciaux, demande aussi aux détaillants de faire un effort supplémentaire en raison de la deuxième vague. 

Plus de surveillance

Du côté d’Ivanhoé Cambridge, la direction affirme avoir aujourd’hui un «plus grand nombre de gardes de sécurité» dans ses propriétés afin de «sensibiliser la clientèle sur le respect des mesures sanitaires, la distanciation sociale, en plus d’aider à garder la circulation fluide». 

Ivanhoé Cambridge mentionne, dans un courriel, observer une «bonne collaboration» des visiteurs et des commerçants. 

À Québec, le promoteur Trudel Alliance a choisi, quant à lui, de retirer, dès le passage en zone rouge de la région, l’ensemble des tables dans ses foires alimentaires et des équipes de sécurité veillent au respect des normes.  

«À Fleur de Lys, non seulement nous avons modifié l’affichage en mail pour indiquer que plusieurs comptoirs de la foire alimentaire demeuraient ouverts pour commandes pour apporter, mais nous avons mis sur pied un service de livraison avec le petit train du centre commercial pour tous les commerçants et les employés», indique le porte-parole, Mario Daigle. 

Chez Cominar, le mobilier dans les aires communes a été réduit dans plusieurs centres commerciaux afin de limiter le flânage. La direction dit s’assurer que l’achalandage dans ses établissements permet de respecter la distanciation recommandée.