/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: toujours pas de consignes pour des contrôles routiers plus contraignants

Coup d'oeil sur cet article

Québec n’a toujours pas donné l’autorisation de mettre en place des points de contrôle routiers plus contraignants à l’entrée de la Côte-Nord pour éviter la propagation de la maladie à coronavirus.

Rappelons que la Direction de santé publique a fait cette demande il y a plusieurs jours pour protéger le réseau de la santé de la Côte-Nord, qui est fragile, selon elle.

Une éclosion de cas de COVID-19 pourrait désorganiser l’accès aux soins de santé. Et c’est sans compter les régions isolées du territoire, comme la Basse-Côte-Nord ou les communautés autochtones.

Donc, pour l’instant, les policiers tiennent des points de contrôle routiers jusqu’à vendredi pour sensibiliser les automobilistes aux mesures sanitaires. Mais si les barrages routiers deviennent coercitifs comme au printemps, la préfète de la MRC Haute-Côte-Nord est d’accord avec cette façon de faire.

«Il y a des gens qui donnent certains prétextes, qui ne sont pas dans des déplacements jugés essentiels et qui entrent de toute façon dans la région. S’il y avait des barrages routiers davantage coercitifs plutôt que d’être déclaré zone rouge avec tout ce que ça impose, ça serait la position avec laquelle on serait le plus favorable», a précisé à TVA Nouvelles Micheline Anctil.

Les gens rencontrés dans la rue jeudi matin étaient du même avis. C’est une solution qui a fait ses preuves selon plusieurs d’entre eux. Mais plus tôt cette semaine, la Direction de santé publique a prévenu la population qu’une fermeture de la région, sauf pour les transports de marchandises et les travailleurs de la santé, ne serait pas une solution miracle à la COVID-19.