/sports/hockey/canadiens
Navigation

Dans le cœur du DG

Brendan Gallagher est un coéquipier et un compétiteur hors pair, estime Marc Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin porte le chapeau de directeur général du Canadien depuis mai 2012. Brendan Gallagher a fait ses premiers pas avec le CH quelques mois après son arrivée, soit au retour du lock-out en janvier 2013. 

• À lire aussi: Gallagher est soulagé de rester à Montréal

• À lire aussi: Canadien: le gros lot pour Brendan Gallagher

• À lire aussi: Brendan Gallagher: un million de plus pour le cœur

Le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, a été émotif en parlant de Brendan Gallagher, jeudi.
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin
Le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, a été émotif en parlant de Brendan Gallagher, jeudi.

En huit ans, Gallagher a endossé l’uniforme du Tricolore dans 547 rencontres. Au cours de cette longue période, Bergevin a regardé le petit ailier droit devenir un incontournable au sein de l’équipe. Le DG l’a vu grandir autant sur le plan hockey que l’aspect humain. 

Au lendemain d’une prolongation de contrat de six ans et 39 millions (6,5 millions en moyenne) pour Gallagher, Bergevin a délaissé un peu son rôle de gestionnaire d’une équipe de hockey pour décrire son impact.

L’homme de 55 ans a parlé de lui comme s’il était pratiquement un membre de sa famille. On percevait toute la fierté dans sa voix et on ressentait aussi une bonne dose d’émotion. À trois reprises lors d’une généreuse visioconférence, Bergevin est venu près de verser quelques larmes. 

« J’aurais aimé ça jouer avec un joueur comme Brendan. Il ne me rappelle personne. Il est spécial. »

« Il veut dire beaucoup pour notre équipe. Depuis le jour “un”, je le regarde jouer. En séries, il avait reçu un double-échec en plein visage et il ne voulait pas manquer une seule présence. Il est tout ce que tu veux d’un joueur de hockey. »

Plus que les chiffres

Gallagher n’a pas le statut de superstar. En huit saisons, il n’a jamais été invité à un match des étoiles. Encore une fois, Bergevin a rappelé que son impact se lit autrement que sur la feuille de pointage. Mais même là, il vaut son pesant d’or avec deux saisons de 30 buts à son actif. Depuis la saison 2017-2018, il vient au 10e rang de la LNH avec 72 buts à cinq contre cinq. 

« Il n’a pas signé ce contrat pour les services rendus à l’équipe, mais pour ce qu’il apporte, a dit le DG du CH. Il marque des buts à cinq contre cinq, c’est difficile de faire avec autant de régularité dans la LNH. Il n’y a pas juste les statistiques, il apporte beaucoup comme joueur et comme personne.

« Il y a des gars qui demandent peu d’attention (low maintenance en anglais) et des gars qui en demandent zéro. C’est le cas de Gallagher. Il ne se plaint jamais. En huit ans, je ne l’ai jamais vu se plaindre. Quand il ne joue pas bien, la première personne qu’il regarde, c’est lui. C’est une valeur importante. Tu ne veux pas devenir émotif quand tu négocies un contrat. Depuis mon premier jour comme DG, je le regarde jouer. Je suis fier de lui. » 

Au sujet des négociations interrompues avec Gerry Johannson, l’agent de Gallagher, Bergevin a dit qu’il s’agissait d’un malentendu. Au cours des dernières années, le DG a souvent négocié avec Johannson, qui représente aussi Carey Price, Artturi Lehkonen, Joel Armia, Brett Kulak et Sebastian Aho, qui avait accepté l’offre hostile du CH l’été dernier avant de voir les Hurricanes égaler la proposition. 

Et la suite...

Après des prolongations de contrat accordées à Petry et à Gallagher, Bergevin devra s’attaquer à deux autres dossiers, ceux de Phillip Danault et de Tomas Tatar. Dans les prochains jours, le DG entend se reposer. De Danault et Tatar, susceptibles de devenir des joueurs autonomes sans compensation à la fin de la saison 2020-2021, Bergevin devrait attacher une attention particulière au numéro 24. 

« Oui, Phillip est un bon joueur, a-t-il mentionné. Nous avons de la profondeur au centre. Nous verrons ce qui arrivera dans la prochaine saison. Nous avons repêché [Ryan] Poehling, il y a aussi [Jake] Evans. Nous sommes dans une bonne position. Nous sommes heureux, mais nous verrons dans l’avenir. Il y aura des décisions à tous les niveaux. »

Sur le plan salarial, le CH a déjà 65 millions $ d’engagés pour la saison 2021-2022. Jesperi Kotkaniemi aura également à parapher une nouvelle entente, tout comme Lehkonen et Armia (joueur autonome sans compensation). 

Kotkaniemi en finlande

Natif de Pori en Finlande, Kotkaniemi jouera pour l’équipe de son enfance au cours des prochaines semaines. Le numéro 15 reviendra à Montréal pour l’ouverture de la prochaine saison. 

« On travaille sur le transfert pour s’assurer que tout est correct, a précisé Bergevin. Ça va seulement l’aider de jouer à Pori. Ça devrait être fait bientôt. »

Le CH aurait également aimé voir Alexander Romanov jouer quelques matchs au cours des prochains mois, mais c’est plus difficile de s’entendre avec une équipe de la KHL.