/news/currentevents
Navigation

Drame à Wendake: l’accusé n’aurait pas suivi tous les traitements proposés

Michaël Chicoine était connu du CIUSSS de la Capitale-Nationale depuis 2013

Coup d'oeil sur cet article

Michaël Chicoine, accusé du meurtre de deux bambins à Wendake, a été suivi à plusieurs reprises pour des problèmes de santé mentale, confirme un rapport préparé par le CIUSSS et obtenu par Le Journal. La mère de l’accusé soutient que ses appels à l’aide sont restés sans réponse, mais le document dresse un bien différent constat.

• À lire aussi: Drame à Wendake: «Je n’ai pas de mots pour exprimer le geste de mon fils»

• À lire aussi: Tragédie de Wendake: «Il n’y a jamais personne qui est responsable à la DPJ!», dénonce une avocate

• À lire aussi: Désolation à Wendake: la souffrance d'une mère

• À lire aussi: Drame à Wendake: Carmant veut s’assurer que le processus a été respecté

Dans une émouvante lettre ouverte aux médias, Mylène Chicoine, la mère de l’accusé, a livré sa douleur et l’incompréhension du geste de son fils, en plus d’évoquer qu’il a tenté de se suicider après une dépression.

Elle ne cache pas les problèmes mentaux dont souffre son fils. Mais elle estime que le soutien nécessaire n’est jamais venu. 

«Malgré les hospitalisations, malgré nos demandes afin qu’il reçoive l’aide appropriée, le soutien reçu n’a malheureusement pas été suffisant ni adéquat.»

«Son médecin de famille a tout fait pour qu’il obtienne l’aide appropriée, mais les portes se sont refermées. Le seul suivi qu’il a obtenu est un appel téléphonique, à une occasion, d’un psychiatre, lequel appel a duré à peine dix minutes. Le spécialiste lui a alors prescrit une médication, sans autre consultation», affirme-t-elle.

Rapport interne

Un document du CIUSSS de la Capitale-Nationale préparé au lendemain de la tragédie de Wendake et obtenu par Le Journal indique que des interventions ont été proposées à Michaël Chicoine, mais qu’il n’y a pas souvent donné suite.

On y confirme que Michaël Chicoine était connu des services depuis 2013 et relate trois demandes distinctes.

Les deux plus récents épisodes se sont produits dans la dernière année et demie. La demande de 2019 a été fermée après «3 relances effectuées» et restées sans réponse, peut-on lire dans le rapport. 

Depuis lundi, des gens déposent des peluches et des objets symboliques au mémorial érigé devant l’église Notre-Dame-de-Lorette en mémoire des deux jeunes frères retrouvés morts dimanche à Wendake.
Photo Dominique Lelièvre
Depuis lundi, des gens déposent des peluches et des objets symboliques au mémorial érigé devant l’église Notre-Dame-de-Lorette en mémoire des deux jeunes frères retrouvés morts dimanche à Wendake.

«En 2020, M. Chicoine a été vu en suivi de crise, des relances téléphoniques en contexte COVID-19 ont été réalisées et une offre de groupe thérapeutique a été faite. Ce dernier n’aurait pas donné suite et n’a pas intégré le groupe thérapeutique offert», mentionne le rapport.

«Dans l’ensemble des interventions faites par les professionnels auprès de Monsieur, rien ne laissait présager un risque pour lui ou pour autrui nécessitant l’application du garde à l’égard de l’usager pour le traiter contre son gré», conclut l’organisation.

Le Journal a tenté d’obtenir les commentaires de la mère de l’accusé aux informations contenues dans le rapport, mais sans succès.

Accusé de meurtres

Michaël Chicoine a été accusé dimanche des meurtres au deuxième degré de deux frères de 2 et 5 ans dont une ordonnance de non-publication protège l’identité. 

EXTRAITS DE LA LETTRE DE LA MÈRE DE L’ACCUSÉ

«Je n’ai pas de mot pour exprimer le geste de mon fils [...] JAMAIS, jamais je n’aurais pensé que Michaël aurait pu être un danger pour quiconque et qu’il commettrait l’irréparable.»

«Michaël était déjà connu pour des problèmes de santé mentale reliés à une dépression majeure et Dieu sait qu’il a demandé de l’aide à plusieurs reprises [...] Il a déjà attenté à sa vie.»


Des amies de la mère ont lancé une campagne de sociofinancement sur Gofundme intitulée «En la mémoire des deux Arcs-en-ciel de Wendake».


Une marche commémorative «en souvenir des petits anges de Wendake» aura lieu ce samedi à 14 h dans les rues de la communauté huronne. En raison de la pandémie, seuls les «résidents de Wendake et des environs» sont invités à se rendre sur place et l’événement sera diffusé en direct sur les réseaux sociaux pour permettre à tous d’y participer virtuellement.

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE  

Ligne québécoise de prévention du suicide  

  • www.aqps.info  
  • 1 866 APPELLE (277-3553)                

Jeunesse, J’écoute  

Tel-Jeunes