/sports/football
Navigation

Retour à la case départ pour les Falcons d'Atlanta

FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo d'archives, AFP Le receveur des Falcons d’Atlanta Julio Jones.

Coup d'oeil sur cet article

Maintenant que c’est officiellement terminé pour l’entraîneur-chef Dan Quinn et le directeur général Thomas Dimitroff, les Falcons ne peuvent s’arrêter au ménage dans les bureaux. Le coup de balai doit aussi s’opérer au plus vite dans le vestiaire.

• À lire aussi: NFL: au tour des Falcons d'Atlanta d'être frappé par la COVID-19

Le propriétaire, Arthur Blank, est reconnu pour sa patience, mais au point où en sont les Falcons depuis leur dramatique défaite au Super Bowl en février 2017, il fallait agir.

Dimitroff a présidé quelques repêchages difficiles, mais de 2008 à 2016, il a souvent misé juste en matière de recrutement. 

  • Écoutez le balado de La Zone payante ci-dessous:

Il a été à la tête de l’une des rares périodes fastes dans l’histoire de l’organisation, mais son incapacité à assembler une défensive de qualité aura eu raison de lui.

Quant à Quinn, sans le talent défensif nécessaire à sa disposition, il n’a jamais pu faire honneur à la réputation qu’il avait acquise à Seattle, lorsqu’il a été le coordonnateur de l’une des grandes défensives de l’histoire. Ses joueurs de l’époque l’ont probablement fait trop bien paraître, tout comme Gus Bradley avant lui.

Depuis la fameuse remontée des Patriots au Super Bowl, les Falcons présentent un dossier de 24-29. Il y a encore du talent à Atlanta, mais cette équipe a perdu toute sa confiance. 

LE TEMPS DE BOUGER

Les prochains hommes de football qui tenteront de relancer l’équipe devront se tourner vers l’avenir et une nouvelle recette plutôt que de continuer de presser le citron à outrance avec le noyau en place.

Peut-être même que le ménage devrait commencer dès maintenant. Le 3 novembre marquera la date limite des transactions et les Falcons doivent tenter d’obtenir la meilleure valeur possible pour le receveur étoile Julio Jones. 

Ce dernier a 31 ans et peut encore donner du bon football pendant quelques saisons, mais l’éclosion des jeunes Calvin Ridley et Russell Gage permet d’envisager un échange. Des équipes qui se battent pour une place en séries et qui apprécieraient du renfort à cette position risquent de débourser.

L’an prochain, les Falcons doivent aussi entrer dans la danse pour un quart-arrière au repêchage. Matt Ryan a 35 ans et la structure de son contrat fait en sorte qu’il serait prohibitif de le libérer au terme de la saison. Un jeune pourrait apprendre sous son aile la saison prochaine et prendre le relais en 2022.

La ligne à l’attaque devra être remodelée. Ryan a été victime d’au moins 40 sacs lors des deux dernières saisons, ce qui lui était arrivé seulement une fois entre 2008 et 2017.

Défensivement, aussi bien dynamiter pour faire un trait sur les résultats atroces des trois dernières saisons. 

À Atlanta, le ménage ne fait que commencer.  


♦ En raison des changements au calendrier occasionnés par la COVID-19, le duel prévu ce soir entre Bills et Chiefs est remis à lundi soir.

Duel du lundi    

Les forces en présence

CHIEFS DE KANSAS CITY  

  • Patrick Mahomes : Quart-arrière, 13 T, 1 INT, 1474 verges     
  • Clyde Edwards-Helaire : Demi offensif, 1 T, 344 verges     
  • Travis Kelce : Ailier rapproché, 3 T, 405 verges         

BILLS DE BUFFALO  

  • Josh Allen : Quart-arrière, 14 T, 3 INT, 1589 verges     
  • Devin Singletary : Demi offensif, 1 T, 238 verges     
  • Stefon Diggs : Ailier espacé, 2 T, 509 verges         

Joueur à surveiller     

GABRIEL DAVIS

FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP
  • Receveur, Bills   

Les Bills sont bien nantis en receveurs avec Stefon Diggs, John Brown et Cole Beasley, mais voilà qu’un jeunot dans le groupe réclame sa part du gâteau. Choix de quatrième ronde le printemps dernier, Gabriel Davis a fait tourner les têtes à Buffalo tout au long du camp d’entraînement. Discret à ses deux premiers matchs, il s’est fait remarquer depuis avec 10 réceptions à ses trois derniers matchs, dont certaines plutôt spectaculaires. Il risque de prendre de plus en plus de place.


L'état des forces dans la NFL    

1. Packers de Green Bay (4-0)        

  • Semaine dernière : 3 (+2)   
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP

Il est rare de positionner une équipe au premier rang quand elle ressort d’une semaine de congé. Soit, mais les autres équipes dans le peloton de tête ont laissé voir plus de fissures dans le solage au cours des dernières semaines que les têtes fromagées. Ça risque de bouger souvent au sommet.

2. Seahawks de Seattle (5-0)        

  • Semaine dernière : 2 (=)   

Malgré un match très inégal de la part des Seahawks, Russell Wilson a orchestré une poussée victorieuse de 94 verges, sous la pluie, face aux Vikings. Il y a les chiffres quand vient le temps de déterminer qui mérite le titre de joueur le plus utile, mais surtout ces moments mythiques.

3. Chiefs de Kansas City (4-1)        

  • Semaine dernière : 1 (-2)   

Les Chiefs avaient le contrôle du match face aux Raiders avec une avance de 21-10. Puis, leur attaque a été limitée à trois points sur les six séries offensives qui ont suivi. C’est là que le match s’est perdu. Ça arrive aux meilleurs. Par contre, la tenue de la ligne offensive a de quoi inquiéter.

4. Ravens de Baltimore (4-1)        

  • Semaine dernière : 4 (=)   

Les Ravens ont forcé au moins un revirement lors de leurs 18 derniers matchs, la plus longue séquence active à travers la NFL. Face aux Bengals, ils ont provoqué trois échappés, pour un total de neuf cette saison. Les Ravens peuvent gagner autant par leur attaque que leur défensive.

5. Titans du Tennessee (4-0)        

  • Semaine dernière : 7 (+2)   

Mike Vrabel a fait un travail de coaching formidable avec son équipe malgré deux semaines parsemées de distractions en raison de l’éclosion de COVID. Ryan Tannehill continue d’impressionner et les Titans s’affirment comme l’une des équipes les plus physiques du circuit.

6. Steelers de Pittsburgh (4-0)        

  • Semaine dernière : 6 (=)   
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP

Le receveur Chase Claypool est devenu le premier joueur canadien à inscrire au moins trois touchés dans un match depuis Reuben Mayes, en 1990. Les Steelers, étonnement, montrent un dossier de 4-0 pour la première fois depuis1979... Année où ils avaient remporté le Super Bowl.

7. Bills de Buffalo (4-1)        

  • Semaine dernière : 5 (-2)   

Il faudra mettre le dernier match des Bills sur le compte d’une pure aberration. Les nombreuses pénalités sur des situations de troisièmes essais et les revirements sont atypiques de cette équipe, qui doit vite se retourner avec les Chiefs dans les parages.

8. Patriots de la Nouvelle-Angleterre (2-2)        

  • Semaine dernière : 8 (=)   

Le match face aux Broncos a dû être reporté à dimanche en raison de la COVID qui continue de sévir à Foxborough. La semaine de congé survient donc plus tôt que souhaité pour les Patriots, mais les chances de miser sur Cam Newton et Stephon Gilmore augmentent.

9. Browns de Cleveland (4-1)        

  • Semaine dernière : 14 (+5)   

Les Browns ont une fiche de 4-1. Prenez votre temps, relisez cette phrase... Après tout, la dernière fois que ça s’est produit, Bill Belichick était leur entraîneur-chef. C’était en 1994. À cette époque lointaine, Ace of Base chantait The Sign, hit de l’année. Bref, c’était dans une autre vie.

10. Rams de Los Angeles (4-1)        

  • Semaine dernière : 11 (+1)   

Quand une équipe connaît un début de saison prolifique comme les Rams, il faut s’attarder aux adversaires vaincus. Ainsi, les Rams ont encore beaucoup à prouver puisque leurs quatre victoires ont été enregistrées aux dépens des tristes équipes de la division Est de la NFC.

11. Raiders de Las Vegas (3-2)        

  • Semaine dernière : 17 (+6)   

Derek Carr est devenu le premier quart-arrière des Raiders à lancer pour plus de 300 verges à Kansas City depuis Rich Gannon, en 2002. Ça faisait un sacré bail! Un aspect du match qui est passé inaperçu est que le front défensif a excellé pour ennuyer Patrick Mahomes.

12. Bears de Chicago (4-1)        

  • Semaine dernière : 16 (+4)   
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP

Plusieurs se plaisent à dire que jeudi dernier, Nick Foles a encore battu Brady, comme au Super Bowl il y a quelques années. Foutaise! Foles n’a rien fait pour battre Brady, contrairement à Khalil Mack, qui a dominé les bloqueurs adverses et fait faire des cauchemars à Brady.

13. Saints de la Nouvelle-Orléans (3-2)        

  • Semaine dernière : 12 (-1)   

Le receveur étoile Michael Thomas n’a pas joué lundi soir parce que l’équipe l’a laissé de côté pour une histoire de conflit avec le demi défensif Chauncey Gardner-Johnson à l’entraînement. Ça ne devait vraiment pas être chic pour se permettre de se passer d’un tel talent.

14. Buccaneers de Tampa Bay (3-2)        

  • Semaine dernière : 9 (-5)   

Depuis l’an dernier, les Buccaneers constituent l’une des défensives les plus impénétrables par la course. Il faudra voir à quel point la blessure du plaqueur Vita Vea, qui connaît un début de saison monstre, leur fera mal. Il occupe énormément d’espace, mais sa saison est terminée.

15. Cardinals de l’Arizona (3-2)        

  • Semaine dernière : 13 (-2)   

La perte de Chandler Jones laisse une brèche impossible à combler dans la défensive des Cardinals. On parle d’un joueur qui a enregistré au moins 11 sacs dans six de ses huit saisons. Il faudra voir si le secondeur recrue Isaiah Simmons jouera davantage.

16. Panthers de la Caroline (3-2)         

  • Semaine dernière : 18 (+2)   

Teddy Bridgewater a connu son meilleur match dans l’uniforme des Panthers avec 313 verges et deux passes de touchés. Mike Davis n’est pas Christian McCaffrey, mais il accomplit un remarquable boulot en son absence. Ils sont combatifs, ces Panthers.

17. Colts d’Indianapolis (3-2)        

  • Semaine dernière : 10 (-7)   

La défaite face aux Browns sème le doute. D’une part, le bras de Philip Rivers semble maintenant fait de papier mâché. D’autre part, la défensive louangée après des matchs contre des rivaux douteux a été criblée de 385 verges face aux Browns. Rien d’encourageant !

18. Cowboys de Dallas (2-3)        

  • Semaine dernière : 20 (+2)   
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo d'archives, AFP

Avec Andy Dalton, les Cowboys ne sont pas au désespoir. Malgré toutes les insanités qui ont été dites sur le quart-arrière rouquin au fil des ans, Dalton est un luxe pour Dallas après la blessure de Dak Prescott. Il n’offrira clairement pas le même niveau, mais il devrait garder l’équipe dans le coup.

19. Dolphins de Miami (2-3)        

  • Semaine dernière : 24 (+5)   

Dans les deux victoires des Dolphins, Ryan Fitzpatrick a lancé cinq passes de touchés et aucune interception. Dans les trois défaites, il a lancé deux passes de touchés et cinq interceptions. C’est probablement le résumé le plus juste de sa rocambolesque carrière.

20. 49ers de San Francisco (2-3)        

  • Semaine dernière : 15 (-5)   

Il y a huit mois, les 49ers frôlaient la gloire au Super Bowl. Aujourd’hui, ils ont plus de blessés que de touchés, leur ligne offensive tombe en décrépitude, leur ligne défensive et leur tertiaire sont décimées, puis leur quart-arrière est totalement perdu. Ça fait vraiment huit mois ou huit ans ?

21. Eagles de Philadelphie (1-3-1)        

  • Semaine dernière : 19 (-2)   

S’il y a une seule bonne nouvelle dans cette saison des Eagles, c’est que le receveur Travis Fulgham semble émerger. Il est devenu le premier chez les Eagles à gagner plus de 150 verges depuis Jeremy Maclin, en 2014. Les Eagles auront besoin d’autres surprises pour sauver la mise.

22. Chargers de Los Angeles (1-4)        

  • Semaine dernière : 21 (-1)   

Oui, les Chargers méritaient un meilleur sort face aux Saints. Ils ont connu leurs quatre défaites par un écart d’un touché ou moins, une histoire qui se répète année après année. Avec Justin Herbert, de meilleurs jours s’en viennent, mais ce club doit apprendre à gagner.

23. Vikings du Minnesota (1-4)        

  • Semaine dernière : 23 (=)   

Étrange décision de l’entraîneur-chef Mike Zimmer que d’opter pour une tentative de conversion de quatrième essai en fin de match plutôt que d’opter pour un placement. Le risque de rater et de redonner le ballon à Russell Wilson était trop important. Gros match, fin décevante.

24. Bengals de Cincinnati (1-3-1)        

  • Semaine dernière : 22 (-2)   
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP

Joe Burrow a été victime de sept sacs. C’est presque criminel de la part des Bengals de si mal le protéger. Quand Joe Mixon est limité à 59 verges en 24 courses, c’est signe que la ligne offensive, dans toutes les facettes du jeu, éprouve de sérieux ennuis.

25. Broncos de Denver (1-3)        

  • Semaine dernière : 25 (=)   

Le match reporté face aux Patriots permet au moins aux Broncos d’espérer le retour de leur quart-arrière de deuxième année, Drew Lock. C’est bien beau Brett Rypien, mais Lock a renoué avec l’entraînement hier et c’est lui et seulement lui que les Broncos évaluent au poste de quart.

26. Texans de Houston (1-4)        

  • Semaine dernière : 27 (+1)   

Le receveur Brandin Cooks est enfin sorti de sa tanière avec huit réceptions pour 161 verges et un touché. Deshaun Watson l’a rejoint à cinq reprises pour des gains d’au moins 20 verges. Si la chimie entre les deux se développe de la sorte, l’attaque des Texans va enfin décoller.

27. Lions de Detroit (1-3)        

  • Semaine dernière : 26 (-1)   

La semaine de congé aura peut-être permis aux Lions de corriger les lacunes de l’attaque au sol (24e), de la défensive contre la course (30e) et des innombrables remontées adverses à leurs dépens. À bien y penser, il aurait fallu un mois de « bye » aux Lions pour tout corriger.

28. Falcons d’Atlanta (0-5)        

  • Semaine dernière : 28 (=)   

Il est impensable que les Falcons puissent redresser la situation d’ici la fin de la saison. Dans ce contexte, ne reste plus qu’à voir qui laissera ses tripes sur le terrain pour démontrer l’envie de poursuivre l’aventure l’an prochain. Le reste de la saison sera interminable.

29. Jaguars de Jacksonville (1-4)        

  • Semaine dernière : 29 (=)   

Les Jaguars continuent de se couvrir de déshonneur. Ils sont en effet devenus la première équipe de l’histoire à perdre trois matchs de suite contre trois équipes qui n’avaient toujours pas gagné un match (Dolphins, Bengals, Texans). Faut le faire !

30. Équipe de Washington (1-4)     

  • Semaine dernière : 30 (=)  
FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-V-GREEN-BAY-PACKERS
Photo AFP

Le retour au jeu d’Alex Smith a été la belle histoire de la semaine. Ce qui est moins beau, c’est que l’attaque a été limitée à 108 verges. L’équipe a perdu quatre matchs de suite par au moins 14 points pour la première fois depuis 2001. L’offensive manque d’armes crédibles.

31. Giants de New York (0-5)        

  • Semaine dernière : 31 (=)   

Daniel Jones continue d’échapper le ballon à un rythme alarmant. Pour la quatrième fois depuis un an, l’un de ses échappés a été retourné pour un touché. Pour une rare fois, l’attaque a produit, mais il fallait bien que la défensive s’écroule. Rien ne va plus pour les G-Men.

32. Jets de New York (0-5)        

  • Semaine dernière : 32 (=)   

Il faut remonter à 1996 pour un début de saison aussi minable (0-5) pour les Jets. Autre signe de leur futilité, voilà qu’ils viennent de libérer le porteur Le’Veon Bell à peine un an après son faramineux contrat. Comme si tout ce que touche cette équipe devient voué à l’échec.