/opinion/columnists
Navigation

Tous les costumes de la religion

Plagiat - Fin de session
Photo d’archives, Chantal Poirier J’ai longtemps pensé que les progrès de la science et de l’éducation marginaliseraient la pensée religieuse. Monumentale erreur.

Coup d'oeil sur cet article

Quel est le plus grand enseignement que vous tirez des derniers temps ?

Personnellement, j’hésite entre deux.

Je savais qu’il y a beaucoup d’imbéciles et d’irresponsables, mais pas autant.

Près de chez moi, une dame disait à une autre que son voisin invite ses copains à stationner plus loin pour faire des partys sans que le grand nombre d’autos devant sa porte attire l’attention. 

Sectes

Le plus grand enseignement que je tire, c’est cependant l’increvable persistance de la pensée religieuse.

J’ai longtemps pensé que les progrès de la science et de l’éducation la marginaliseraient. Monumentale erreur.

Je ne dis pas cela seulement à cause des 1000 juifs hassidiques de Boisbriand qui se foutent des consignes sanitaires parce que leur foi prime sur tout. 

Prenez ces gens convaincus que la pandémie est un complot pour nous transformer en un troupeau de moutons.

Ils ont toutes les caractéristiques d’une secte.

Parce qu’ils ont « fait leurs recherches », ils sont sortis des ténèbres dans lesquelles vous et moi restons plongés.

Eux sont les « élus » qui nous guideraient vers la lumière si nous écoutions leur vérité, s’ils n’étaient pas persécutés par les forces du Malin.

Ils ont leurs prophètes, leurs livres sacrés et leurs lieux de culte sur le web.

Prenez certains militants de l’anti­racisme. Leur attitude a aussi, très souvent, tous les traits d’une foi.

Comme le notait John McWorther dans The Daily Beast, la dénonciation du racisme fut longtemps une position éthique et politique, tout simplement.

On juge les gens sur leur conduite et non sur leur couleur. Qui peut être contre ?

Mais voyez les formes que prend aujourd’hui, chez beaucoup de jeunes, leur adhésion à ce credo.

Il faut sans doute être plongé à temps plein dans le monde universitaire pour pleinement le réaliser.  

Quand le prêcheur prononce son sermon, il faut boire ses paroles, littéralement, même s’il déconne.

Tout croyant sait qu’il est mal vu de poser certaines questions.

Si un chrétien demande pourquoi les textes sacrés sont remplis de contradictions et de récits improbables, on lui expliquera que les voies du Seigneur sont mystérieuses et impénétrables.

Pareillement, dans la mouvance antiraciste, vous seriez mal vu de dire que la surreprésentation carcérale de certaines communautés s’explique d’abord par le fait qu’il s’y commet plus de crimes.

Vous seriez mal vu de dire que la violence au sein de certaines communautés est infiniment pire que celle perpétrée par les policiers blancs.

Si vous insistez, au pire, vous êtes un hérétique. Les bûches sont prêtes...

Au mieux, c’est que vous n’avez pas compris, mais on s’offrira gentiment pour vous aider à cheminer.

Cheminer

Dans cette nouvelle religion, il y a un clergé et une doctrine indiscutables, mais aussi un péché originel.

Le Blanc a le « privilège » de sa couleur et doit se repentir de bénéficier de l’oppression perpétrée pendant des siècles par ses ancêtres.

Enfin, il y a un Jugement dernier.

Si vous ouvrez votre cœur et votre esprit, vous serez lavé et, ensemble, main dans la main, nous marcherons vers le Paradis.

Visiblement, beaucoup ne peuvent se passer de religion.