/sports/hockey/canadiens
Navigation

La masse salariale du CH scrutée à la loupe

Le Journal dresse le portrait du Tricolore avec une masse salariale de 81,5M$

La masse salariale du CH scrutée à la loupe
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin a offert un précieux indice de son plan pour respecter le plafond salarial de 81,5 millions pour la saison 2020-2021. Contrairement aux dernières années, le Canadien gardera 22 joueurs au sein de sa formation, un de moins que la limite permise. 

Cette stratégie n’a rien de révolutionnaire. Dans le passé, les Devils du New Jersey, les Coyotes de l’Arizona, les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto, pour ne nommer qu’eux, ont déjà préconisé cette approche d’une formation de 21 ou 22 joueurs afin de se conformer à la limite salariale. 

En visioconférence après l’acquisition de Tyler Toffoli, Bergevin ne ressemblait en rien à un directeur général nerveux par rapport à la gestion du plafond salarial pour la prochaine saison.

«On a des scénarios où on passe sous le plafond, a dit le DG du CH. Pour l’instant, il n’y a pas de problème. Mais c’est certain que ce serait plus difficile de garder une formation avec 23 joueurs.»

«L’an dernier, les Maple Leafs se retrouvaient dans une situation semblable, a-t-il poursuivi. Beaucoup d’équipes font face à cette réalité. Il y a quelques années, les Devils ont même joué avec 19 joueurs. C’est des choses qui arrivent, mais il faut rester prudent. Nous avons l’avantage de compter sur notre équipe-école dans la Ligue américaine à Laval. C’est une situation géographique avantageuse. Il y a de nos joueurs qui joueront à Laval l’an prochain. Nous devrons compter nos sous pour gérer nos extra au cours de la prochaine année.»

À 81 493 millions

Le Journal a sorti sa calculatrice pour trouver une façon d’arriver sous le plafond salarial. C’est déjà possible pour Bergevin et John Sedgwick, le spécialiste des questions salariales, de respecter les 81,5 millions. 

Mais le CH sortirait tout juste la tête de l’eau. Avec la formation proposée par le Journal, le Tricolore arriverait à 81 493 millions. Bergevin disposerait donc d’une minuscule marge de manœuvre de seulement 7000$. 

Le DG du CH a déjà dit qu’il aimerait avoir un coussin de 1,5 à 2 millions. Pour l’instant, il reste loin de son objectif. 

Dans cette formation de 22 joueurs, on note l’absence de Jordan Weal. L’ailier de 28 ans porterait l’uniforme du Rocket de Laval. Weal, qui a un contrat garanti de la LNH à 1,4 million, subirait ainsi le même sort que Karl Alzner au cours des deux dernières saisons.

Selon les règlements de la LNH, il est possible de déduire 1,075 million de la masse salariale de l’équipe quand un joueur se retrouve dans la Ligue américaine. Il s’agit d’une option intéressante pour le CH. Un scénario encore plus heureux, mais peu probable, serait que Weal soit réclamé au ballottage à la conclusion du prochain camp.

Le Tricolore se tournerait donc vers un 13e attaquant avec un plus petit salaire en Alex Belzile. À 700 000 $, Belzile est un candidat parfait pour ce poste. 


Ryan Poehling

La masse salariale du CH scrutée à la loupe
Photo Joël Lemay, Agence QMI

Dans un contexte où il n’y a pas de blessé au camp, Ryan Poehling a de fortes chances d’ouvrir la prochaine saison à Laval. À 21 ans, l’Américain a besoin de jouer sur une base régulière et il poursuivra son apprentissage avec Joël Bouchard. Le choix de 1er tour en 2017 n’avait pas joué un seul match dans la bulle à Toronto. Malgré son contrat de recrue, il a une empreinte sur la masse salariale de 0,925 million, soit 225 000 $ de plus que Belzile. Pour le CH, toute économie est une économie importante.

Noah Juulsen

La masse salariale du CH scrutée à la loupe
Photo Joël Lemay, Agence QMI

Il y a un risque avec Juulsen. Le CH pourrait perdre un ancien choix de premier tour (2015) au ballottage. Mais il n’y a pas de place pour le défenseur droitier à Montréal. Juulsen a aussi besoin de rattraper le temps perdu en raison des nombreuses blessures en jouant plusieurs matchs avec le Rocket.

Total gardiens

14,85 Millions $  

  • Price: 10,5 M$    
  • Allen: 3,958 M$        

Total défenseurs

23,839 Millions $  

  • Weber: 7,857 M$    
  • Petry: 5,5 M$    
  • Kulak: 1,85 M$    
  • Edmundson: 3,5 M$    
  • Romanov: 0,894 M$    
  • Chiarot: 3,5 M$    
  • Mete: 0,735 M$        

Total attaquants

38,521 Millions $  

  • Drouin: 5,5 M$    
  • Anderson: 5,5 M$    
  • Byron: 3,4 M$    
  • Kotkaniemi: 0,925 M$    
  • Tatar: 4,8 M$    
  • Danault: 3,083 M$    
  • Suzuki: 0,863 M$    
  • Toffoli: 4,25 M$    
  • Armia: 2,6 M$    
  • Evans: 0,75 M$    
  • Gallagher: 3,75 M$    
  • Lehkonen: 2,4 M$    
  • Belzile: 0,7 M$        

Weal (à Laval): 0,325 M$

Alzner (contrat racheté): 3,958 M$

Total : 4,283 M$

Espace estimé

7000$

Plafond salarial

81,5 M$

Masse salariale

81 493 M$