/news/currentevents
Navigation

Mis au défi, un jeune de 15 ans met le feu à son école

Coup d'oeil sur cet article

La police de Laval a arrêté un jeune étudiant de 15 ans pour incendie criminel après que ce dernier eut mis le feu à son école jeudi.

• À lire aussi: Incendie dans une école du quartier Sainte-Rose à Laval

Le tout a commencé sur Instagram. Les jeunes, qui fréquentent désormais l’école une journée sur deux en raison de la pandémie de COVID-19, forment désormais deux clans. Et chacun d’eux met l’autre au défi.

«Ils s’appellent la gang d’impairs contre la gang de journées paires. Ils se font la guerre comme ça, à savoir qui va faire le plus gros dégât dans leur journée», explique Linda Brassard, la mère d’un élève.

Mercredi, un premier feu s'est déclaré dans les toilettes de l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle, de Laval. Jeudi, un autre incendie a fait 3 blessés et quelque 80 000$ de dommages. Cette même journée, des jeunes auraient aussi répandu du désinfectant dans les escaliers. 

Une des enseignantes de l’établissement a trébuché et s’est gravement blessée. La scène a été captée par un des élèves, qui l’a ensuite publiée sur les réseaux sociaux. «Il y en a qui se moquait de ça», déplore Mme Brassard, qui dit avoir vu la vidéo.

Malgré tout, les jeunes ne semblent pas avoir envie de ralentir, bien au contraire.

«YO l'groupe impair a un point, on va pas se laisser faire... demain c'est dynamite qui se donne»: voici un des messages pouvant être lus sur une capture d’écran obtenue par TVA Nouvelles. La mère craint le pire et a choisi d’écrire à la direction pour l’informer de la situation.

«Moi, ça ne me tente pas d’envoyer mon garçon ici lundi. Je n’y crois pas que tout est réglé par magie. C’est impossible, c’est trop gros», martèle-t-elle.

La direction de l’établissement lui a répondu qu’elle serait vigilante face à cette menace. La directrice s'est d'ailleurs adressée aux élèves vendredi pour les mettre en garde des conséquences de leurs gestes et des rencontres ont aussi eu lieu en classe avec les enseignants.

Du côté de la commission scolaire, on affirme avoir le contrôle de la situation. 

Quant à l'enquête de la police, elle se poursuit.