/finance/business
Navigation

Secteur non résidentiel: la COVID-19 a fait plonger la valeur des permis de bâtir

construction residentielle
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Signe que la pandémie a eu des impacts sur le secteur de la construction au Québec, la valeur des permis de bâtir a chuté d’environ 12% depuis janvier. Et c’est principalement le secteur non résidentiel qui a souffert.

• À lire aussi: Pourquoi le prix du bois d’œuvre a-t-il explosé dans les derniers mois?

C’est l’un des éléments qui se retrouvent dans l’analyse économique publiée vendredi par Québec International. La valeur des permis délivrés par les villes pour la construction d’immeubles résidentiels et non résidentiels est passée de 13,75 G$ en 2019 à 12,05 G$ cette année entre janvier et août. 

Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, le plongeon a été de 22%, pour atteindre 1,2 G$. Alors que le secteur résidentiel a poursuivi sa croissance (10%), les chantiers non résidentiels ont connu un important ralentissement, soit une diminution de 61%. 

L’analyse de Québec International mentionne que le secteur commercial a été l’un des plus durement touchés au cours des derniers mois, avec un recul de 68% de la valeur des permis par rapport à la cuvée précédente. 

Quant à la bonne performance du secteur résidentiel dans la RMR de Québec, il faut dire que les ventes immobilières ont explosé dans plusieurs régions de la province depuis le déconfinement du printemps.  

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), le marché de la revente dans la RMR de Québec a enregistré 6800 transactions, une hausse de 18,5%, par rapport à l’année précédente.  

Par ailleurs, malgré la pause du mois d’avril, les mises en chantier de logements ont progressé de 13% depuis janvier par rapport à 2019, passant de 3813 à 4305. 

«Un regard rétrospectif dans la région de Québec permet de constater que, même si 2020 marque une baisse par rapport à l’année précédente à la même période, les 1,2 G$ de permis de bâtir délivrés cette année restent similaires à la valeur moyenne des permis délivrés de janvier à août, entre 2015 et 2019», nuance dans son document Québec International. 

À Montréal

Du côté de la RMR de Montréal, la diminution totale de la valeur des permis de construction a été de 12%. Contrairement à Québec, le secteur résidentiel a enregistré une légère baisse (1,7%). Pour le secteur non résidentiel, la valeur des permis a diminué, de 3,29 G$ à 2,52 G$. 

Quant aux mises en chantier, elles ont chuté d’environ 6%, passant de 17 481 à 16 465. Le marché de la revente a également ralenti de 3%, selon des données de l’APCIQ. Il s’est réalisé 34 907 transactions depuis janvier.