/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Vous saurez tout sur le zizi

Coup d'oeil sur cet article

J’attendais avec impatience l’arrivée de la série Les Mecs à Radio-Canada.

J’avais très hâte de voir ce que Jacques Davidts (l’auteur de la série Les Parent) avait d’intéressant à dire sur « les hommes de cinquante ans hétérosexuels cisgenres », depuis qu’une féministe crinquée (Martine Delvaux) avait déclaré, sans avoir vu un seul épisode, qu’elle trouvait risibles les angoisses des hommes.

Alors, ils ressemblent à quoi, les mecs ? Des pétards mouillés.

TOUT ÇA POUR ÇA ?

J’ai écouté les dix épisodes de la série diffusée sur ici.tou.tv extra. Et je n’ai pas beaucoup ri en visionnant ce qu’on nous présente pourtant comme une comédie. On y suit les hauts et les bas sexuels de quatre amis (trois Blancs, un Noir, trois hétérosexuels, un gai) qui se réunissent tous les jours au comptoir du bar de leur amie de fille.

• À lire aussi: Vos gueules, les mecs!

• À lire aussi: Les mecs plus ultra

Bonjour l’originalité : on a vu ça combien de fois, dans un film ou une série, la ou le barmaid au grand cœur qui a beaucoup de temps à passer à parler avec ses clients et échanger de grandes réflexions sociologiques entre deux verres de chardonnay ?

Avec son utilisation constante de la musique classique, ses citations savantes (Schopenhauer, Freud, Henri Laborit), son obsession du cul, et même sa scène de sauna, Les Mecs fait parfois penser à un film de Denys Arcand. Mais en moins bon...

Chez Arcand, toutes les discussions sur le cul (comme dans Le Déclin de l’empire américain) débouchent sur une réflexion sociologique ou un constat de société. Dans Les Mecs, ça donne juste des répliques comme : « Ça ne me tente pas de me crosser en regardant un ami se faire sucer », « Y’est gai, si y veut continuer à fourrer, y faut qu’y soit cute », « Le piercing de son clit s’est défait, ça m’a fendu la graine », « J’veux qu’on fourre su’a table » ou « Tous les urologues ne peuvent pas être des Bon Jovi du trou de cul ». Amateurs de poésie, bonsoir.

Les mecs sont obsédés par leur pénis (qu’ils appellent leur graine) et par la taille de celui-ci. L’un se masturbe dans la douche, l’autre a un énorme engin (il est « amanché »). Il y en a un qui bande mou, l’autre qui veut faire des trips à trois.

Un épisode ou deux, ça passe. Mais quand toute ta série est concentrée sur ton maca-roni entre les jambes, ça manque d’intérêt. Oserais-je dire que c’est débandant ?

Même dans la série culte Sex and the City, TOUS les épisodes ne parlaient pas QUE de cul. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

HOMME-FEMME, MODE D’EMPLOI

Au moins, la série Les Mecs a le mérite d’être une série féministe. En tout cas, selon ma version du féminisme qui est de « souhaiter l’égalité des sexes ».

Dans une scène savoureuse, un des personnages qui se sépare de sa femme (qui a un salaire deux fois plus gros que le sien) lui rappelle qu’il serait tout à fait en droit de lui demander de lui verser à lui une pension ! 

J’imagine déjà des féministes crinquées s’étouffer de colère en se faisant rappeler que « ce qui est bon pour minou est bon pour pitou ».