/world/middleeast
Navigation

Israël annonce le début formel des relations diplomatiques avec Bahreïn dimanche

Coup d'oeil sur cet article

Israël et Bahreïn vont établir officiellement dimanche des relations diplomatiques lors d’une cérémonie à Manama, a indiqué un responsable israélien, un mois après la signature à la Maison-Blanche d’un accord de normalisation entre les deux pays.  

• À lire aussi: Israël signe des accords historiques avec les Émirats et Bahreïn à la Maison-Blanche

• À lire aussi: «Jour sombre» pour les Palestiniens, manifestations contre les accords de normalisation

Une délégation israélienne en visite à Manama et des représentants de Bahreïn, une monarchie arabe du Golfe, vont signer en soirée «un communiqué conjoint [qui] marquera l’établissement de relations diplomatiques complètes», a précisé le responsable israélien sous couvert d'anonymat.

Une fois le document signé, les deux pays vont pouvoir ouvrir des ambassades, a-t-il ajouté.

Après l’accord de paix entre l’Égypte et Israël en 1979 et celui avec la Jordanie en 1994, les Émirats arabes unis, une autre monarchie du Golfe, et Bahreïn sont devenus respectivement les troisième et quatrième pays arabes à normaliser les relations avec l’État hébreu.

Ces accords de normalisation ont été dénoncés par les Palestiniens comme une «trahison» de la part de ces deux pays, alors que la résolution du conflit israélo-palestinien était jusque-là considérée comme une condition sine qua non pour une normalisation des relations entre Israël et les États arabes.

L’administration américaine de Donald Trump tente de convaincre d’autres pays arabes de se rapprocher d’Israël, proche allié de Washington.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et un conseiller de Donald Trump, Avi Berkowitz, doivent participer à la cérémonie de Manama.

En plus du communiqué établissant des relations diplomatiques, Israël et Bahreïn doivent signer «entre six et huit» protocoles d’accord, notamment sur une coopération économique, selon le responsable israélien.

Sans entrer dans les détails, il a confirmé que la coopération sécuritaire serait à l’ordre du jour des discussions bilatérales.

Le 15 septembre, les Émirats et Bahreïn, qui n’ont jamais été en conflit avec l’État hébreu, ont signé des accords de normalisation des liens avec Israël à la Maison-Blanche, en présence du président américain.

«Contrer l’Iran»

Les deux pays du Golfe partagent avec l’État hébreu une animosité envers l’Iran, ennemi numéro 1 des États-Unis dans la région.

Début octobre, le chef du Mossad, le service de renseignement israélien, Yossi Cohen, s’est rendu à Bahreïn pour des discussions avec les hauts responsables de la sécurité bahreïnis.

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a répété à plusieurs reprises que d’autres pays arabes pourraient établir des relations diplomatiques avec Israël, estimant que ces pays privilégiaient désormais l’aspect économique plutôt que la résolution du conflit israélo-palestinien.

Plus tôt cette semaine, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a tenté de convaincre l’Arabie saoudite, chef de file des monarchies arabes du Golfe et rival de l’Iran dans la région, de normaliser les relations avec Israël.

Après avoir reçu son homologue saoudien, le prince Fayçal ben Farhane, il a dit que les accords avec les Émirats et Bahreïn «reflètent les changements en cours dans la dynamique de la région», «ces pays reconnaissent à juste titre le besoin de coopération régionale pour contrer l’influence iranienne et favoriser la prospérité».

«Nous espérons que l’Arabie saoudite envisagera de normaliser ses relations aussi», a-t-il ajouté.

À ses côtés, le ministre saoudien n’a toutefois pas évoqué ce sujet.

Une reconnaissance d’Israël par l’Arabie saoudite constituerait un vrai tournant au Moyen-Orient. Mais le royaume a clairement dit qu’il ne suivrait pas l’exemple des Émirats et de Bahreïn, qui ont rompu un «consensus arabe» conditionnant toute normalisation avec l’État hébreu à un règlement du conflit israélo-palestinien.