/news/coronavirus
Navigation

Le policier complotiste de Laval acclamé lors d'une manifestation

Coup d'oeil sur cet article

Maxime Ouimet, le policier de Laval qui a récemment démissionné de son poste après avoir publié des thèses conspirationnistes sur les réseaux sociaux, a été acclamé lors d’un discours qu’il a livré dans le cadre d’une manifestation contre les mesures sanitaires à Toronto samedi après-midi. 

Une vidéo de son discours bilingue a été publiée sur YouTube et sur Facebook.

«J’ai été douze ans dans les forces de l’ordre, à travailler pour le public, à travailler pour les citoyens. Si vous regardez sur ma patch, c’est écrit protéger et servir, protect and serve. I’m working for you guys, not for this government [Je travaille vous, les amis, pas pour ce gouvernement]», a lancé Maxime Ouimet au public qui scandait «Liberté! Liberté!».

«Après douze ans, j’ai décidé de renoncer à mon emploi, parce que tout ce que nous faisons [en ce moment avec la COVID-19], c’est illégal», a-t-il déclaré au micro. La foule était estimée à «plusieurs centaines», selon différents médias locaux.

Après que ses publications eurent fait surface il y a de cela environ deux semaines, le Service de police de Laval (SPL) l’avait retiré du terrain pour lui confier des tâches administratives.

Peu de temps après la publication dans laquelle il niait l’existence de la pandémie, un commerce d’esthétique pour hommes qu’il tient à Terrebonne, Scalp Elite, a été la cible d’actes de vandalisme, le jeudi 8 octobre, en soirée.

Le lendemain, Maxime Ouimet a donné sa démission.

Lors de son discours, l’ancien agent du SPL, vraisemblablement vêtu d’un haut des forces de l’ordre, a demandé à tous les employés de services d’urgence à travers le Canada de lui envoyer des vidéos pour montrer au Québec que «c’est sous contrôle, que ça va bien dans les rues».

Maxime Ouimet a notamment dénoncé le supposé pouvoir policier d’entrer sans mandat chez les gens, une fausse information qui a été démentie par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

«L’inviolabilité des domiciles privés est un droit très important, fondamental au Québec, avait insisté Mme Guilbault lors d’un point de presse le 23 septembre. Alors je veux que tout le monde comprenne bien qu’on n’envisage pas du tout de permettre à nos policiers d’assiéger nos maisons du jour au lendemain. Pour l’instant, ce n’est pas dans notre intention.»

Une motion déposée par le député de Québec solidaire Alexandre Leduc pour «exclure la possibilité d’octroyer des pouvoirs additionnels aux forces policières qui leur permettraient d’entrer plus facilement dans les domiciles privés sans mandat» a été adoptée à l’unanimité le même jour.