/finance/news
Navigation

Les comptes bancaires sont-ils imposables au décès ?

Coup d'oeil sur cet article

Question de Christine : Les comptes d’épargne et les comptes chèques sont-ils imposables au décès ? Quel impact fiscal peut-on prévoir ?


Effectivement, les comptes d’épargne et les comptes chèques sont imposables au décès. Mais le planificateur financier Antoine Chaume, de Lafond Services financiers, indique que ce n’est pas si grave que ça ! En fait, ce sont les revenus d’intérêts qui sont lorgnés par le fisc, alors l’impact pourrait bien être minime.

« Admettons que vous ayez déposé des économies de 500 000 $ dans un compte générant des intérêts. Dans ce cas, avec un taux d’intérêt de 0,1 % par exemple, vous auriez un gain de 500 $, qui, lui, sera imposable. Mais compte tenu de ce faible montant, l’impôt à payer sera minime. », explique-t-il.

Antoine Chaume précise que ces revenus d’intérêt sont imposables chaque année, et que par conséquent vous ne vous exposez pas à une facture fiscale salée au décès, puisque l’impôt aura été payé au fur et à mesure. 

« Il n’y a pas de gain en capital latent qui s’accumule et il n’y aura donc pas de mauvaise surprise pour la succession », dit-il.

Un bon conseil pour optimiser vos liquidités tout en évitant l’impôt ? Cotiser à votre CELI s’il n’est pas maximisé. 

« En plaçant votre épargne dans un CELI plutôt qu’un compte chèques, vous aurez de meilleurs rendements et les intérêts générés ne sont pas imposables. Cela constitue donc une option intéressante pour faire fructifier votre épargne à l’abri de l’impôt », indique M. Chaume.