/weekend
Navigation

Corde raide animée par Christine Morency: prendre les tabous par les cornes

Christine Morency
Photo courtoisie Christine Morency anime Corde raide à Z

Coup d'oeil sur cet article

Peut-on rire de tout? Ah! Cette sempiternelle question qui hante le milieu de l’humour. La meilleure façon de le savoir? Faire des gags aux limites de l’acceptable, devant un panel d’invités concernés par le sujet. C’est ce que fait la nouvelle émission Corde raide, animée par Christine Morency, et qui suscite des discussions franches et nécessaires sur la question.

Le premier épisode de Corde raide a été diffusé mercredi à Z Télé. À chaque émission, trois humoristes présentent un numéro original (c’est parfois hilarant) sur un sujet sensible (les baby-boomers, les policiers, les Noirs, les lesbiennes, les gros), devant trois invités directement concernés par la thématique. Par exemple, Joël Legendre, Catherine Brunet et Georges Laraque ont commenté des numéros consacrés au végétarisme, dont ils sont adeptes, lors du premier épisode. 

«Je ne pensais pas que le végétarisme allait soulever autant de débats, que ça pouvait être aussi polarisant. Mais on peut facilement dépasser la ligne là-dessus», affirme Christine Morency en entrevue au Journal.

Par exemple? En début d’émission, l’animatrice donne le ton avec un court monologue où elle dit qu’elle adore les animaux, «mais le problème, c’est que je les aime dans ma gueule aussi», lance-t-elle.

Un éventail de réactions

«Quand Georges [Laraque] est arrivé en studio, sa mission était de ne pas trouver ça drôle, raconte-t-elle à l’autre bout du fil. Il voulait ne pas rire parce qu’il est tanné des jokes de véganes. Je me demandais : comment peut-on être tanné des jokes de véganes? Mais effectivement, quand dans ton quotidien, à tous les jours, les gens te disent que tu dois être faible parce que tu manges des peanuts, à un moment donné, tu dois être tanné.» 

Finalement, Georges Laraque n’a pas pu se retenir de s’esclaffer devant l’épique montée de lait de l’humoriste Didier Lambert envers les végétariens tandis que Joël Legendre avait un fou rire incontrôlable.

Après chaque numéro, le panel d’invités prend la parole. Il est fascinant de voir à quel point une même blague peut susciter autant de réactions différentes. «La plus belle richesse de ce show-là, ce sont les discussions qui viennent après», souligne Christine Morency.

Est-ce qu’il y a eu lors des tournages des blagues trop salées qui n’ont pas passé? «Bien oui! s’exclame-t-elle. Mais c’était nécessaire, parce que plein de monde font ces jokes-là. Même si ça passait moins bien, ça rend la conversation intéressante. Des fois, c’est dans les mots choisis, dans l’angle d’un numéro, mais ça ne veut pas dire que l’humoriste n’est pas drôle.»

Le vent dans les voiles

Avec son langage cru, sa sensibilité et l’immense autodérision dont elle est capable, il ne pouvait pas y avoir meilleure animatrice pour tenir la barre de Corde raide.   

Dans ses propres spectacles et numéros qu’elle présente dans les festivals, Christine Morency tire souvent à boulets rouges... sur elle-même. 

«Rire de moi, ça démontre que je ris de tout le monde, sans distinction. Ça valide que si tu ris de toi, après, tu peux rire des autres et on le sait que tu es dans les blagues. Je ris de moi-même autant que je ris de mon père ou de mon filleul autiste. Et tout ça, avec amour. Pour moi, rire de quelqu’un, c’est l’accepter.» 

Corde raide est la toute première animation télé de l’humoriste, qui a le vent dans les voiles, trois ans après avoir quitté son métier d’intervenante sociale auprès de personnes en situation d’itinérance pour mettre le pied sur une scène. 


Corde raide est diffusée les mercredis, 20 h 30, à Z Télé. Alexandre Barrette, Mélanie Ghanimé, Les Grandes Crues, Neev et Mario Tessier font partie des humoristes invités au cours de la saison.