/lifestyle/columnists
Navigation

Comment faire reconnaître mes talents?

Coup d'oeil sur cet article

De toute ma vie, je n’ai jamais été très habile avec les relations interpersonnelles. Déjà toute jeune, j’avais très peu d’amies. Je sentais toujours qu’il y avait vite un décalage entre ce que j’espérais d’une communication avec quelqu’un qui me semblait correspondre à ce que j’apprécie chez l’être humain, et ce que je constatais dans les faits à l’usure. Ce constat a toujours été aussi vrai dans mes relations amicales que dans mes relations amoureuses.

Ce qui fait que vers la soixantaine, embourbée de nouveau dans une relation de couple avec un homme avec lequel je me sentais de plus en plus mal chaque jour, j’ai décidé de me séparer et d’aller en thérapie. Ce fut très bénéfique pour moi, puisqu’à 65 ans, quand j’ai pris ma retraite, je me sentais capable de vivre seule et de mettre définitivement une croix sur l’idée de former un couple avec qui que ce soit.

J’arrive à 70 ans, et même si je n’ai aucun mal avec la solitude, je sentirais le besoin d’être approuvée dans les initiatives que j’entreprends pour occuper mon temps. Malheureusement, tout ce que je propose, que ce soit en peinture puisque je m’y suis mise, ou en poésie là où j’excelle je crois, ne me vaut aucun compliment. 

Même mon prof d’aquarelle n’a jamais daigné me dire que je répondais à ses attentes. Tout au plus me faisait-elle un signe de tête approbatif quand elle regardait mon travail. Alors j’ai abandonné. Comment expliquez-vous cette indifférence envers moi ? Pensez-vous que les gens me font payer mon peu de propension à me lier avec eux ? Ou est-ce simplement le grand individualisme qui règne dans la société qui en serait responsable ?

Solitaire mais sociable quand même

C’est étrange que vous me disiez d’un même souffle que votre thérapie vous avait permis d’accepter avec philosophie votre vie en solitaire, mais que d’autre part, vous attendez encore l’approbation des autres sur votre travail artistique. D’autant moins qu’il semble que vous ayez toujours mis vos distances avec les autres. Vous peignez et vous écrivez pour en retirer un bienfait personnel, il me semble. Si vous en êtes encore à solliciter l’approbation des gens à travers ça, peut-être devriez-vous songer à compléter votre thérapie ?