/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: une «aubaine» pour le marché légal du cannabis au Canada

COVID-19: une «aubaine» pour le marché légal du cannabis au Canada
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Deux ans après la légalisation du cannabis au Canada, l’industrie de la marijuana se porte mieux que jamais pendant la pandémie. 

• À lire aussi: Il y a deux ans, l’euphorie à l’ouverture de la SQDC

• À lire aussi: Augmenter les points d’accès au cannabis médical

La pandémie de COVID-19 a ainsi permis au marché légal de concurrencer le marché noir dans la vente de cannabis, a indiqué Global News.

«Ça a été une aubaine pour l’industrie légale», a déclaré au média David Soberman, professeur de marketing à l’Université de Toronto.

Les points de vente de cannabis ont généré plus de 231 M$ pendant le mois de juillet, soit un bond de 15% de leurs ventes par rapport au mois précédent. Il s’agit de la plus grande hausse mensuelle depuis la légalisation.

Pour Terry Kulaga, fondateur de Weed Me, une entreprise de production légale de cannabis en Ontario, la pandémie serait à l’origine de cette augmentation des profits.

«Les gens passent plus de temps à la maison, ils sont peut-être plus à l’aise avec la consommation de cannabis», a-t-il expliqué en entrevue à Global News.

Des données produites par Statistique Canada ont également montré que les Canadiens ont dépensé 74% de plus entre avril et juin 2020 qu’au cours de la même période l’année précédente. La baisse des dépenses sur le marché noir, quant à elle, est inférieure à 5% sur la même période.

«Il y a eu un ralentissement du marché noir, car les gens sont beaucoup plus réticents à sortir et à rencontrer leur revendeur de cannabis régulier, comme ils le faisaient avant la pandémie», a affirmé David Soberman à Global News.

En plus de l’impact de la COVID-19, l’augmentation du nombre de points de vente dans les provinces et les prix plus compétitifs du marché légal ont aussi joué un rôle dans l’augmentation de la consommation autorisée.

En effet, le prix de vente par gramme de cannabis, au début de l’année, aurait été près d’un dollar moins cher sur le marché légal que sur le marché noir, a constaté l’Ontario Cannabis Store.

Et pour le professeur de marketing de l’Université de Toronto, les consommateurs devraient continuer à être loyaux à l’industrie autorisée, même après la pandémie.

«Même une fois la pandémie terminée et lorsque nous aurons un vaccin, vous constaterez que les gens se sont habitués à acheter leur pot légalement. Et il faudra un certain temps avant que le marché noir ne puisse récupérer peut-être une plus grande partie de ce qu’il vendait auparavant», a-t-il précisé au média.