/sports/baseball
Navigation

Un Québécois retrouve ses Blue Jays

Jean-Christophe Masson veut poursuivre sa progression au camp automnal de la formation torontoise

JC MASSON
Photo courtoisie Jean-Christophe Masson avait vécu une première expérience au camp des Jays en mars dernier avant que la pandémie s’invite aux États-Unis.

Coup d'oeil sur cet article

L’espoir des Blue Jays de Toronto, Jean-Christophe Masson, ne demandait pas mieux que de retrouver les recrues de l’organisation torontoise après un premier camp d’entraînement professionnel écourté en mars dernier en raison de la pandémie. Et c’est débordant de confiance que le voltigeur de Lévis a débarqué en Floride.

• À lire aussi: Retour attendu pour Édouard Julien

• À lire aussi: Karl Gélinas: comme le bon vin?

• À lire aussi: Une présence historique pour Abraham Toro

Depuis une dizaine de jours, Masson participe à un camp des recrues au complexe d’entraînement des Blue Jays de Dunedin, près de Tampa. Ils sont une douzaine de joueurs de position et une douzaine de lanceurs à avoir été invités pour cet exercice automnal qui doit s’étirer sur un mois après une saison 2020 à l’eau. Un autre camp se déroule au même moment sur le site qui s’adresse aux joueurs plus âgés qui font partie de l’organisation depuis plus longtemps.

Pour Masson, qui a été sélectionné en 26e ronde par les Jays en 2019, cette expérience tombe à point après avoir été l’un des principaux artisans du titre éliminatoire des Diamants de Québec dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ) acquis au début du mois.

«Ça fait vraiment du bien d’avoir la possibilité de jouer, de pratiquer, les coachs sont contents de nous voir et tout le monde est content! Ça fait vraiment du bien de revoir des visages familiers et ça permet de continuer à établir des liens avec les coachs. En vrai [en personne], c’est différent», a souligné le joueur de 18 ans en entrevue téléphonique avec Le Journal.

Ce retour à la presque normalité laisse croire à Masson et à ses coéquipiers qu’ils pourront démarrer la saison des ligues mineures affiliées quelque part au printemps prochain bien qu’aucun calendrier n’ait été publié. 

Une progression

L’un des plus jeunes à fouler le terrain de Dunedin, Masson est aussi l’un des rares qui ont vu de l’action dans les derniers mois. Sa décision de se joindre aux Diamants en raison de l’annulation des activités dans le baseball affilié a été plus que bénéfique pour lui.

Après avoir conservé une moyenne au bâton de ,324 (22 en 68) et produit 15 points en saison régulière, le Québécois a explosé en séries, claquant quatre circuits et maintenant une ronflante moyenne à la plaque de ,488 (20 en 41). Il a aussi obtenu 14 points produits, soit presque qu’autant que durant le calendrier régulier.

«J’arrivais confiant, car ce ne sont pas tous les joueurs qui ont eu la possibilité de jouer des matchs. Je me sentais prêt, en forme, et je veux juste continuer à leur montrer que je serai toujours parmi les gars qui vont travailler le plus fort. Je prends fierté à faire ça comme joueur de baseball et je veux leur montrer certains ajustements que j’ai faits dans mon élan.

«Jouer des matchs, c’est différent. Il y a la pression et tout. Ce n’est pas comme être dans une cage de frappeur dans un environnement contrôlé. Selon moi, jouer des matchs est ce qu’il a de mieux pour s’améliorer», a relaté celui qui a signé son premier contrat professionnel en juillet 2019. 

Comme le témoignent ses statistiques pendant le tournoi automnal du baseball junior, Masson veut continuer à développer sa puissance au bâton.

«Les ajustements à faire dans un élan, c’est une quête intermittente ou interminable ? J’essaie de frapper plus en puissance par rapport à d’autres gars qui pourraient frapper plus en [termes] de contact», a-t-il expliqué. 

Mesures sanitaires

Qui dit Floride dit foyer d’éclosion majeure de la COVID-19. Les Blue Jays ont imposé des règles strictes à leurs joueurs pour la durée des camps. Mais Masson ne s’en plaint pas. Au contraire. 

«Je vais à l’hôtel ou au stade. On ne peut pas aller au restaurant et être en contact avec trop de gens pour contrôler la bulle d’équipe, mais c’est un sacrifice qui n’est pas très grand si ça peut me permettre de jouer», a reconnu Masson, ajoutant ne pas avoir vraiment été témoin du comportement de la population en général.