/lifestyle/columnists
Navigation

L’art de rater son coup en souhaitant communiquer

Coup d'oeil sur cet article

Ça m’a choquée de lire les propos de celle qui signait « Déboussolée ». Elle qui se plaint de la réaction de ses proches à qui elle a parlé dans le casque, comment peut-elle espérer une réaction correcte de la part de sa fille et de son gendre, quand elle leur balance en pleine face : « Il est désormais fini le temps où vous pouviez débarquer chez moi à l’improviste pour faire garder vos enfants. Je ne le ferai désormais qu’en cas d’extrême urgence et à la condition d’être prévenue d’avance » ?

Qu’elle ne veuille plus qu’on profite d’elle, ça se comprend. Ce qui se comprend moins, c’est que pendant qu’elle travaillait, elle ne refusait jamais de garder et ne mettait jamais ses limites, et là d’un coup, elle rue dans les brancards pour leur faire savoir qu’ils abusent et qu’elle entend désormais se faire respecter. N’y avait-il pas une façon plus délicate de procéder, au lieu d’un ultimatum lancé aussi radicalement ?

J’ai une mère dans son genre et je me suis fait faire un coup de cochon semblable il y a dix ans. Alors tout comme sa fille et son gendre, j’ai pris acte de ses volontés, mais avec l’accord de mon mari, j’ai aussi pris mes distances. Et tout comme la sienne, ma mère fut surprise de nous voir nous éloigner d’elle. Si quelqu’un abuse, on le lui fait savoir et tout le monde s’ajuste. Mais c’est pas normal de changer brusquement de façon de faire en faisant sentir à ceux que tu aidais avant que tu n’aimais pas ça, le faire, et qu’enfin tu te décides à le dire, mais en brisant tout sur ton passage.

Une qui a compris pour toujours

L’idée de se faire respecter est en soi totalement valable. Mais le faire en violentant des personnes à qui on n’avait auparavant jamais mis nos limites est difficilement acceptable. C’est malheureusement souvent le cas avec des gens qui sont peu habitués à exprimer leurs valeurs et qui, quand ils se décident à le faire, le font de manière désordonnée, sans peser leurs mots.